Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Trois ivrognes



Au cabaret, un jour de grand marché forain,
Un bel ivrogne, pâle, aux longs cheveux d’artiste,
Dans le délire ardent de son esprit chagrin,
Ainsi parla, debout, d’une voix âpre et triste :
 
 
« R’bouteux, louv’tier, batteur d’étangs et de rivière,
                                          Menuisier,
Avec tous ces états j’réussis qu’une affaire :
                                          M’ennuyer !
 
Arrangez ça ! d’un’ part, j’vois q’doutance et tromp’rie ;
                                        D’l’aut’ côté,
J’trouv’ le mensong’ trop l’mêm’, l’existenc’ trop pourrie
                                        D’vérité.
 
Oui ! j’cherche tant l’dessous de c’que j’touche, de c’que j’rêve,
                                        Inqu’et d’tout,
Que j’suis noir, idéal, mélancoliq’ sans trêve,
                                        Et partout.
 
Donc, quand ça m’prend trop fort, j’sors du bois, j’quitt’ la berge,
                                        L’établi,
Et, c’est plus fort que moi, ya pas ! j’rentre à l’auberge
                                        Boir’ l’oubli.
 
C’est des fameus’ sorcièr’, allez ! les liqueurs fortes
                                        Cont’ les r’mords,
Cont’ soi-mêm’, cont’ les autr’, cont’ la poursuit’ des mortes
                                        Et des morts !
 
Je m’change, à forc’ de t’ter le lait rouge des treilles,
                                        L’horizon !
Vive la vign’ pour brûler dans l’sang chaud des bouteilles
                                        La raison !
 
Étant saoul, j’os’ me fier à la femm’, c’t’infidèle
                                        Qui nous ment,
R’garder la tombe avec mes yeux d’personn’ mortelle,
                                        Tranquill’ment.
 
J’imagin’ que la vie éternellement dure,
                                        Et qu’enfin,
La misèr’ d’ici-bas n’connaît plus la froidure
                                        Ni la faim.
 
J’crois qu’i’ n’ya plus d’méchants, plus d’avar’, plus d’faussaires,
                                        Et j’suis sûr
Q’l’épouse est innocent’, l’ami vrai, l’homm’ sincère,
                                        L’enfant pur.
 
Terre et cieux qui, malgré tout c’que l’rêve en arrache,
                                        Rest’ discrets,
M’découvr’ leurs vérités, m’crèv’ les yeux de c’qu’i’ cachent
                                        De secrets.
 
Allons, ris ma pensée! Esprit chant’ ! sois en joie
                                        Cœur amer !
Que l’bon oubli d’moi-mêm’ mont’, me berce et me noie
                                        Comm’ la mer !
 
Plus d’bail avec l’ennui ! j’ai l’âm’ désabonnée
                                        Du malheur,
Et, dépouillé d’mon sort, j’crache à la destinée
                                        Ma douleur.
 
T’nez ! l’paradis perdu dans la boisson j’le r’trouve :
                                        Donc, adieu
Mon corps d’homm’ ! C’est dans l’être un infini q’j’éprouve :
                                        Je suis Dieu ! »
 
 
Deux vieux buveurs, alors, deux anciens des hameaux
Sourient, et, goguenards, ils échangent ces mots :
 
 
« C’citoyen-là ? j’sais pas, pourtant, j’te fais l’pari
Q’c’est queq’ faux campagnard, queq’ échappé d’Paris.
          I’caus’ savant comm’ les monsieurs,
          Ça dépend ! p’têt’ ben encor mieux ;
          Mais, tout ça c’est chimèr’, tournures,
          Qui n’ent’ pas dans nos comprenures.
I’dit c’t’homm’ maigr’, chev’lu comme un christ de calvaire,
          Qu’à jeun i’ r’gard’ la vie en d’sous,
          Mais qu’i’ sait les s’crets des mystères
          Et d’vient l’bon Dieu quand il est saoul...
Alors, dans c’moment-là qu’i’ s’rait l’maîtr’de c’qu’i’ veut,
          Q’pour lui changer l’tout s’rait qu’un jeu,
Pourquoi qu’à son idée i’ r’fait donc pas la terre ?
M’sembl’ qu’i’ déclare aussi q’venant d’boire un bon coup
I’croit qu’ya plus d’cornards, plus d’canaill’, plus d’misère,
          Moi ! j’vois pas tout ça dans mon verre.
I’dit qu’à s’enivrer i’ s’quitte et qu’il oublie
C’qu’il était : c’est qu’i’ boit jusqu’à s’mettre en folie.
Moi, j’sais ben qu’à chaqu’fois je r’trouv’ dans la boisson
          Ma personn’ dans sa mêm’ façon,
          Sauf que les jamb’ sont pas si libres
Et que l’ballant du corps est moins ferm’ d’équilibre,
Tandis qu’à lui, son mal qu’i’ croit si bien perdu
Va s’r’installer plus creux, un’ fois l’calme r’venu,
Dans sa vieille env’lopp’ d’âm’ toujou sa même hôtesse.
C’est ses lend’mains d’boisson qui lui font tant d’tristesse. »
 
 
« J’suis d’ton avis. L’vin m’donn’ plus d’langue et plus d’entrain,
Sur ma route i’ m’fait dérailler un brin,
Avec ma vieill’, des fois, rend ma bigead’ plus tendre...
Mais dam’ ! quand ya d’l’abus, quoi que c’t’homm’ puiss’ prétendre,
La machine à gaieté d’vient machine à chagrin.
Le vin, c’est comm’ la f’melle : i’ n’faut pas trop en prendre ! »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lа rоbе dе lаinе а dеs tоns d’ivоirе...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе