Jules Romains

La Vie unanime, 1908



Unanime, je t’aime.


C’est le dimanche au soir ; je m’assieds sur le mail
Où sont des bancs de fer et des arbres taillés ;
Quelques gens devant moi se promènent et causent ;
Leur démarche est paisible et leur voix reposée.
 
Je ne la connais pas, cette petite ville ;
C’est la première fois que je touche sa vie ;
Elle porte un clocher pointu ; son nom me plaît ;
Moi je suis triste un peu de ne rien savoir d’elle.
 
Elle émeut délicatement, comme une femme
Qu’on vient d’apercevoir, qu’on se sent près d’aimer,
Et qui vous donne dans un seul de ses regards
La soif d’approfondir son âme et son passé.
 
Cette ville sous le crépuscule, il faudrait
Qu’elle ait un corps pareil au mien, et que je puisse
L’interroger tout bas en lui prenant les mains.
 
Je lui demanderais les secrets de son cœur.
Si ses hommes croient au bonheur, s’ils croient en Dieu,
S’ils lisent des romans, et si les jeunes filles
S’en vont, quand il fait chaud et que la clarté tombe,
Dans une église afin que l’ombre les caresse ;
Je lui demanderais pourquoi ses toits sont bleus.
 
Les rues ont une expression qui me pénètre
Mais qui me semble du mystère. Je devine
Que certaines maisons frémissent d’adultères.
Que, dans l’au-delà des croisées,
Entre les rideaux lourds, dans le règne des lampes,
Il y a de la chair qui ne veut pas dormir.
 
Est-ce que les enfants d’ici jouent aux soldats ?
Pour quelle mort, depuis tantôt, sonnent les cloches ?
 
Mon esprit solitaire est une goutte d’huile
Sur la pensée et sur le songe de la ville,
Qui me laissent flotter et ne m’absorbent pas.
 
Je voudrais m’infuser en elle, me glisser
Dans les joints de ses murs, à travers ses familles.
Être une omniprésence éparse sous les toits.
 
Nulle vibration ne passe d’elle à moi.
Et malgré mon désir, malgré ma jalousie,
Je l’ignore, et je suis pour elle, simplement,
Un corps qui s’est posé par hasard sur un banc.
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаnvillе : Lаpins

Rоllinаt : Lеs Ρrојеts

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Ρеndаnt lа pluiе

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt pоur unе bеllе Νоnnаin qui sе disоit Εspоusе du Сhrist (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt métаphуsiquе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz