Jules Romains

La Vie unanime, 1908



Unanime, je t’aime.


Une grande ferveur m’imprègne et me consacre ;
L’air nerveux de la rue aide mes mouvements ;
Je vais sur le trottoir, tandis que, longuement,
La ville me caresse avec un bruit de fiacre.
 
Le ruisseau qui s’appuie au bord de la chaussée
Renferme plus de ciel et d’astres que nos yeux.
Quels que soient les sursauts d’une chair, j’aime mieux
Un seul tressaillement de foule condensée.
 
N’importe quoi me charme ici. Rien ne m’indigne.
Le souffle d’un cheval m’arrive sur le cou.
J’évite, haletant, les omnibus. Le bout
D’un fouet glisse devant mes paupières qui clignent.
 
Je frôle la lueur des globes électriques
Plus douce que les joues où poussent des poils blonds.
Ma volupté se calme et s’exalte, selon
Qu’il fait nuit ou qu’il fait soleil dans les boutiques.
 
Le trottoir, altéré d’action, me soutire,
Quand j’y pose le pied, de la force et du sang ;
C’est un bonheur d’aller sur l’asphalte épuisant.
Abandonnée au goût sensuel du martyre.
 
Ma personne veut qu’on la froisse et la bouscule.
Les grincements d’essieu sont de l’amour aigu.
Je ne me souviens pas d’avoir jamais vécu,
Et d’être plus ancien que ce chaud crépuscule
 
Où les yeux ne voient pas de formes séparées,
Où l’on ne pense à rien qui ne semble total.
Chaque chose en prolonge une autre. Le métal
Des rails, et les carreaux éblouis ; les entrées
 
De maisons ; les passants, les chevaux, les voitures
Se rejoignent entre eux et rejoignent mon corps ;
Nous sommes indistincts ; chacun de nous est mort ;
Et la vie unanime est notre sépulture.
 
Tassés les uns contre les autres, pêle-mêle,
Cadavres amoureux qu’une douceur emplit,
Voilà que nous tombons de sommeil et d’oubli
Dans les bras de la ville uniquement réelle.
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt pоur unе bеllе Νоnnаin qui sе disоit Εspоusе du Сhrist (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt métаphуsiquе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz