Ronsard


À sa guitare


 
Ma Guitare je te chante,
Par qui seule je déçois,
Je déçois, je romps, j’enchante,
Les amours que je reçois.
 
Nulle chose tant soit douce
Ne te saurait égaler,
Toi qui mes ennuis repousse
Sitôt qu’ils t’oient parler.
 
Au son de ton harmonie
Je refraichis ma chaleur
Ardente en flamme infinie,
Naissant’ d’infini malheur.
 
Plus chèrement je te garde
Que je ne garde mes yeux,
Desquels ton fût je regarde
Peint dessus en mille lieux.
 
Ou le nom de ma Déesse
En maint amoureux lien,
En maints lacs & nœuds se laisse
Joindre en chiffre avec le mien.
 
Ou le dieu qui lave & baigne
Dans le Loir son poil doré,
Du luth aux muses enseigne
Dont elles m’ont honoré.
 
Son laurier prête l’oreille,
Si qu’au premier vent qui vient,
De resiffler s’appareille
Ce que par cœur il retient.
 
Ici, les forêts compagnes
Attire à lui, & les vents,
Orphée, qui les campagnes
Ombrage de bois suivants.
 
La, est Ide la branchue,
Ou l’oiseau de Jupiter
Dedans sa griffe crochue
Vient Ganymède empiéter.
 
Ganymède délectable,
Chasserot délicieux,
Qui ores sert à la table
D’échanson là-haut aux cieux.
 
Ses chiens après l’aigle aboient,
Et ses gouverneurs aussi,
En vain étonnés le voient
Par l’air emporter ainsi.
 
Tu es des dames pensives
L’instrument approprié,
Et aux jeunesses lascives
Consacré & dédié.
 
Leurs amours, c’est ton office
Non pas les assauts cruels,
Et le joyeux exercice
De soupirs continuels.
 
Encores qu’au temps d’Horace,
Les armes de tous côtés
Sonnassent par la menace
Des Cantabres indomptés,
 
Et que le Romain empire
Foulé des Parthes fut tant,
Si n’a il point sur sa Lyre
Bellone accordé pourtant.
 
Mais bien Vénus la riante,
Ou son fils plein de rigueur,
Lalage, ou Chloé fuyante
Davant avecques son cœur.
 
Quand sur toi je chanteroie
D’Hector les combats divers,
Et ce qui fut fait à Troie
Par les Grecs en dix hivers,
 
Cela ne peut satisfaire
À l’amour qui tant me mord,
Que peut Hector pour moi faire,
Que peut Ajax qui est mort ?
 
Mieux vaut donc de ma maîtresse
Chanter les beautés, afin
Qu’à la douleur qui m’oppresse
Veuille mettre heureuse fin.
 
Ces yeux autour desquels semble
Qu’Amour vole, ou que dedans
Il se cache, ou qu’il assemble
Cent traits pour les regardants.
 
Chantons donc sa cheveleure,
De laquelle Amour vainqueur,
Noua mille rets à l’heure
Qu’il m’encordera le cœur.
 
Et son sein, rose naïve,
Qui va & vient tout ainsi,
Que font les flots à leur rive
Soufflés d’un vent adouci.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : Εspоir timidе

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Соppéе : «Lе sоir, аu соin du fеu, ј’аi pеnsé biеn dеs fоis...»

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе