Ronsard


À sa guitare


 
Ma Guitare je te chante,
Par qui seule je déçois,
Je déçois, je romps, j’enchante,
Les amours que je reçois.
 
Nulle chose tant soit douce
Ne te saurait égaler,
Toi qui mes ennuis repousse
Sitôt qu’ils t’oient parler.
 
Au son de ton harmonie
Je refraichis ma chaleur
Ardente en flamme infinie,
Naissant’ d’infini malheur.
 
Plus chèrement je te garde
Que je ne garde mes yeux,
Desquels ton fût je regarde
Peint dessus en mille lieux.
 
Ou le nom de ma Déesse
En maint amoureux lien,
En maints lacs & nœuds se laisse
Joindre en chiffre avec le mien.
 
Ou le dieu qui lave & baigne
Dans le Loir son poil doré,
Du luth aux muses enseigne
Dont elles m’ont honoré.
 
Son laurier prête l’oreille,
Si qu’au premier vent qui vient,
De resiffler s’appareille
Ce que par cœur il retient.
 
Ici, les forêts compagnes
Attire à lui, & les vents,
Orphée, qui les campagnes
Ombrage de bois suivants.
 
La, est Ide la branchue,
Ou l’oiseau de Jupiter
Dedans sa griffe crochue
Vient Ganymède empiéter.
 
Ganymède délectable,
Chasserot délicieux,
Qui ores sert à la table
D’échanson là-haut aux cieux.
 
Ses chiens après l’aigle aboient,
Et ses gouverneurs aussi,
En vain étonnés le voient
Par l’air emporter ainsi.
 
Tu es des dames pensives
L’instrument approprié,
Et aux jeunesses lascives
Consacré & dédié.
 
Leurs amours, c’est ton office
Non pas les assauts cruels,
Et le joyeux exercice
De soupirs continuels.
 
Encores qu’au temps d’Horace,
Les armes de tous côtés
Sonnassent par la menace
Des Cantabres indomptés,
 
Et que le Romain empire
Foulé des Parthes fut tant,
Si n’a il point sur sa Lyre
Bellone accordé pourtant.
 
Mais bien Vénus la riante,
Ou son fils plein de rigueur,
Lalage, ou Chloé fuyante
Davant avecques son cœur.
 
Quand sur toi je chanteroie
D’Hector les combats divers,
Et ce qui fut fait à Troie
Par les Grecs en dix hivers,
 
Cela ne peut satisfaire
À l’amour qui tant me mord,
Que peut Hector pour moi faire,
Que peut Ajax qui est mort ?
 
Mieux vaut donc de ma maîtresse
Chanter les beautés, afin
Qu’à la douleur qui m’oppresse
Veuille mettre heureuse fin.
 
Ces yeux autour desquels semble
Qu’Amour vole, ou que dedans
Il se cache, ou qu’il assemble
Cent traits pour les regardants.
 
Chantons donc sa cheveleure,
De laquelle Amour vainqueur,
Noua mille rets à l’heure
Qu’il m’encordera le cœur.
 
Et son sein, rose naïve,
Qui va & vient tout ainsi,
Que font les flots à leur rive
Soufflés d’un vent adouci.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Саssеur dе guеulеs

Sсèvе : «Sеul аvес mоi, еllе аvес sа pаrtiе...»

Αuvrау : Соntrе unе dаmе trоp mаigrе

Αuvrау : Lеs Ρаlаdins аvеnturiеrs

Αuvrау : «Αu mоis qu’аmоur еst lе plus еn viguеur...»

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Riсtus : Lеs Μоntе-еn-l’аir

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Lа Gеsséе : «Lа Μоuсhе pеintе еst mаrquе d’impudеnсе...»

Vаlléе dеs Βаrrеаuх : «Соurtisаns, qui trаînеz vоs јоurs déshоnоrés...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Riсhеpin : Lа Μignоtе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Μоntrеuil : Épigrаmmе : «Сlоris à vingt аns étаit bеllе...»

Νоuvеаu : Lа Rеnсоntrе

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Εхquis musiсiеn, dеvаnt sоn сhеvаlеt...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Sеignеur, nе pеnsеz pаs d’оuïr сhаntеr iсi...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Εsprit dе сеllе sur «Νе rеprеnеz, Dаmеs, si ј’аi аimé...» (Lаbé)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе