Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
 
 

Le premier.


 
Ainsi que cette au coule et s’enfuit parmi l’herbe,
Ainsi puisse couler en cette eau le souci,
Que ma belle Maîtresse, à mon mal trop superbe,
Engrave dans mon cœur sans en avoir merci.
 
 

Le second.


 
Ainsi que dans cette eau de l’eau même je verse,
Ainsi de veine en veine Amour, qui m’a blessé,
Et qui tout à la fois son carquois me renverse,
Un breuvage amoureux dans le cœur m’a versé.
 
 

I


 
Je voulais de ma peine éteindre la mémoire :
Mais Amour, qui avait en la fontaine bu,
Y laissa son brandon, si bien qu’au lieu de boire
De l’eau pour l’étancher, je n’ai bu que du feu.
 
 

II


 
Tantôt cette fontaine est froide comme glace,
Et tantôt elle jette une ardente liqueur.
Deux contraires effets je sens, quand elle passe,
Froide dedans ma bouche, et chaude dans mon cœur.
 
 

I


 
Vous qui refraîchissez ces belles fleurs vermeilles,
Petits frères ailés, Favones et Zéphyrs,
Portez de ma Maîtresse aux ingrates oreilles,
En volant parmi l’air, quelqu’un mes soupirs.
 
 

II


 
Vous enfants de l’Aurore, allez baiser ma Dame :
Dite lui que je meurs, contez-lui ma douleur,
Et qu’Amour me transforme en un rocher sans âme,
Non comme il fit Narcisse en une belle fleur.
 
 

I


 
Grenouilles qui jasez quand l’an se renouvelle,
Vous Gressets qui servez aux charmes, comme on dit,
Criez en autre part votre antique querelle :
Ce lieu sacré vous soit à jamais interdit.
 
 

II


 
Philomèle en Avril ses plaintes y jargonne,
Et tes bords sans chansons ne se puissent trouver :
L’Arondelle l’Été, le Ramier en Automne,
Le Pinson en tout temps, la Gadille en Hiver.
 
 

I


 
Cesse tes pleurs, Hercule, et laisse ta Mysie,
Tes pieds de trop courir sont jà faibles et las :
Ici les Nymphes ont leur demeure choisie,
Ici sont tes Amours, ici est ton Hylas.
 
 

II


 
Que ne suis-je ravi comme l’enfant Argive ?
Pour revancher ma mort, je ne voudrais sinon
Que le bord, le gravois, les herbes et la rive
Fussent toujours nommés d’Hélène, et de mon nom !
 
 

I


 
Dryades, qui vivez sous les écorces saintes,
Venez, et témoignez combien de fois le jour
Ai-je troublé vos bois par le cri de mes plaintes,
N’ayant autre plaisir qu’à soupirer d’Amour ?
 
 

II


 
Écho, fille de l’Air, hôtesse solitaire
Des rochers, où souvent tu me vois retirer,
Dis quantes fois le jour lamentant ma misère,
T’ai-je fait soupirer, en m’oyant soupirer ?
 
 

I


 
Ni Cannes ni Roseaux ne bordent ton rivage,
Mais le gai Poliot, des bergères ami.
Toujours au chaud du jour le Dieu de ce bocage,
Appuyé sur sa flûte, y puisse être endormi.
 
 

II


 
Fontaine, à tout jamais ta source soit pavée,
Non de menus gravois, de mousses ni d’herbis,
Mais bien de mainte Perle à bouillons enlevée,
De Diamants, Saphirs, Turquoises et Rubis.
 
 

I


 
Le Pasteur en tes eaux nulle branche ne jette,
Le Bouc de son ergot ne te puisse fouler :
Ains comme un beau Cristal, toujours tranquille et nette,
Puisses tu par les fleurs éternelle couler.
 
 

II


 
Les Nymphes de ces eaux et les Hamadryades,
Que l’amoureux Satyre entre les bois poursuit,
Se tenant main à main, de sauts et de gambades,
Aux rayons du Croissant y dansent toute nuit.
 
 

I


 
Si j’étais un grand Prince, un superbe édifice
Je voudrais te bâtir, où je ferais fumer
Tous les ans à ta fête autels et sacrifice,
Te nommant pour jamais la Fontaine d’aimer.
 
 

II


 
Il ne faut plus aller en la forêt d’Ardenne
Chercher l’eau, dont Regnaut était tant désireux :
Celui qui boit à jeun trois fois cette fontaine,
Soit passant, ou voisin, il devient amoureux.
 
 

I


 
Lune qui as ta robe en rayons étoilée,
Garde cette fontaine aux jours les plus ardents :
Défends-la pour jamais de chaud et de gelée,
Rempli la de rosée, et te mire dedans.
 
 

II


 
Advienne après mille ans, qu’un Pastoureau dégoise
Mes amours ; et qu’il conte aux Nymphes d’ici près,
Qu’un Vandômois mourut pour une Saintongeoise,
Et qu’encor son esprit erre entre ces forêts.
 
 

Le tiers.


 
Garçons, ne chantez plus : jà Vesper nous commande
De serrer nos troupeaux : les Loups sont jà dehors.
Demain à la fraîcheur avec une autre bande
Nous reviendrons danser à l’entour de tes bords.
 
Fontaine cependant de cette tasse pleine
Reçois ce vin sacré que je verse dans toi :
Sois dite pour jamais la Fontaine d’Hélène ;
Et conserve en tes eaux mes amours et ma foi.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

Βаudеlаirе : Rесuеillеmеnt

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Αquаrеllе еn сinq minutеs

Ρizаn : «Jе nе sаis соmmеnt је durе...»

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе сеs аssаssins fеignеnt d’аvоir grаnd sоin...» (Lа Сеppèdе)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...» (Du Βеllау)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «J’аi tаnt véсu, сhétif, еn mа lаnguеur...» (Lа Βоétiе)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе