Ronsard



 
Belle gorge d’albâtre, et vous chaste poitrine,
Qui les Muses cachez en un rond verdelet :
Tertres d’Agathe blanc, petits gazons de lait,
Des Grâces le séjour, d’Amour et de Cyprine :
 
Sein de couleur de lis et de couleur rosine,
De veines marqueté, je vous vis par souhait
Lever l’autre matin, comme l’Aurore fait
Quand vermeille elle sort de sa chambre marine.
 
Je vis de tous côtés le Plaisir et le Jeu,
Les deux frères d’Amour, armés d’un petit feu,
Voler ainsi qu’enfants, par ces couteaux d’ivoire,
 
M’éblouir, me surprendre, et me lier bien fort :
Je vis tant de beautés, que je ne les veux croire.
Un homme ne doit croire aux témoins de sa mort.
 

Sonnets pour Hélène, 1578

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 31 juillet 2016 à 17h17

Planète des danseurs bicéphales
-----------------------------------------

Tantôt posant leurs mains sur  leur large poitrine
Et tantôt fléchissant leurs robustes mollets,
Je les vois tournoyer dans l’aube au teint de lait ;
Ils ont figure humaine et démarche caprine.

Baignant leurs pieds fourchus dans les eaux méandrines,
Ils offrent aux regards un antique ballet,
Tel que Poséidon en eut en son palais
Bâti dans les grands fonds de l’étendue marine.

Or, la vie est pour eux ce plaisir et ce jeu
Que leur bel enthousiasme anime de ses feux,
Faisant valser leurs corps qui semble fait d’ivoire.

Tant qu’ils seront heureux et tant qu’ils seront forts,
Ils prendront leur plaisir sans penser à la mort,
Chargeant leur double chef du fardeau de leur gloire.

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur À сеuх qui dоrmеnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Libеrté (Сrоs)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρоssеssiоn (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе