Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
Chef, école des arts, le séjour de science,
Où vit un intellect, qui foi du Ciel nous fait,
Une heureuse mémoire, un jugement parfait,
D’où Pallas reprendrait sa seconde naissance :
 
Chef, le logis d’honneur, de vertu, de prudence,
Ennemi capital du vice contrefait :
Chef, petit Univers, qui montres par effet
Que tu as du grand Tout parfaite connaissance :
 
Et toi divin esprit, qui du Ciel es venu,
En ce chef comme au Ciel saintement retenu,
Simple, sans passions, comme ici-bas nous sommes,
 
Mais tout prompt et subtil, tout rond et tout en toi,
Puisque tu es divin, aies pitié de moi :
Il appartient aux Dieux d’avoir pitié des hommes.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 octobre 2019 à 11h22

Arbre de la bienheureuse ignorance
-------------------------

Adam de ce bel arbre apprenait le silence,
Et le scribe nous dit qu’il s’agit d’un bienfait ;
Même dans un jardin où rien n’est imparfait,
La réserve est de mise, et surtout, la prudence.

L’homme, qui se voudrait Fils de la Providence,
Dit sa divinité à l’ange stupéfait ;
Mais il aurait mieux fait de se taire, en effet,
Le Serpent l’entendit, monstre de Connaissance.

Le reptile subtil, d’inframonde venu,
A tenu des propos que l’homme a retenus,
Qui voulut découvrir la saveur de la pomme.

Ses enfants seront-ils rachetés par leur foi ?
Salomon le saurait, fils de David, le roi,
Ou le sombre Adversaire, ou le pape de Rome.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 24 juillet 2021 à 13h29

Monstre bipède
----------

J’approche du pommier, les oiseaux font silence,
Alors qu’ils ne m’ont vu commettre nul méfait ;
Peut-être ont-ils remords de leurs propres forfaits,
Du meurtre quotidien d’insectes sans défense.

Or, je ne leur veux faire aucune remontrance,
Car en ce grand Jardin, personne n’est parfait ;
Des ruses du Serpent c’est peut-être l’effet,
Lui par qui, semble-t-il, le Péché prit naissance.

Vers ces lieux, plein d’espoir, je suis jadis venu,
Admirant le travail du Créateur chenu,
Lequel a reflété son visage dans l’Homme.

Moi, j’attends le trépas du Sauveur sur la croix,
Qui saura consoler ceux dont le coeur est droit ;
Aujourd’hui, je patiente, et je mange une pomme.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Ρrièrе pоur dеmаndеr unе étоilе

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lе Ρhоquе (Hеrvillу)

De Сосhоnfuсius sur «Τаndis quе је mе plаins, à l’оmbrе dе сеs bоis...» (Μаgnу)

De Jаdis sur «Ρоur vоus sеrvir...» (Vоiturе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrаins (Vеrhаеrеn)

De Jаdis sur «Μаis qui vоus mеut, Sеignеur, dе sоrtir à сеttе hеurе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеlui qui dе plus près аttеint lа déité...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе