Ronsard

Quatre Premiers Livres des Odes, 1550


Contre Denise Sorcière


 
L’inimitié que je te porte,
Passe celle, tant elle est forte,
    Des agneaux et des loups,
Vieille sorciere déhontée,
Que les bourreaux ont fouettée
    Te honnissant de coups.
 
Tirant après toi une presse
D’hommes et de femmes épaisse,
    Tu montrais nu le flanc,
Et montrais nu parmi la rue
L’estomac, et l’épaule nue
    Rougissante de sang.
 
Mais la peine fut bien petite,
Si l’on balance ton mérite :
    Le Ciel ne devait pas
Pardonner à si lâche tête,
Ains il devait de sa tempête
    L’acravanter à bas.
 
La Terre mère encor pleurante
Des Géants la mort violente
    Brûlés du feu des cieux,
(Te lâchant de son ventre à peine)
T’engendra, vieille, pour la haine
    Qu’elle portait aux Dieux.
 
Tu sais que vaut mixtionnée
La drogue qui nous est donnée
    Des pays chaleureux,
Et en quel mois, en quelles heures
Les fleurs des femmes sont meilleures
    Au breuvage amoureux.
 
Nulle herbe, soit elle aux montagnes,
Ou soit venimeuse aux campagnes,
    Tes yeux sorciers ne fuit,
Que tu as mille fois coupée
D’une serpe d’airain courbée,
    Béant contre la nuit.
 
Le soir, quand la Lune fouette
Ses chevaux par la nuit muette,
    Pleine de rage, alors
Voilant ta furieuse tête
De la peau d’une étrange bête
    Tu t’élances dehors.
 
Au seul soufler de son haleine
Les chiens effroyés par la plaine
    Aguisent leurs abois :
Les fleuves contremont reculent,
Les loups effroyablement hurlent
    Après toi par les bois.
 
Adonc par les lieux solitaires,
Et par l’horreur des cimetaires
    Où tu hantes le plus,
Au son des vers que tu murmures
Les corps des morts tu désemmures
    De leurs tombeaux reclus.
 
Vêtant de l’un l’image vaine
Tu viens effroyer d’une peine
    (Rebarbotant un sort)
Quelque veuve qui se tourmente,
Ou quelque mère qui lamente
    Son seul héritier mort.
 
Tu fais que la Lune enchantée
Marche par l’air toute argentée,
    Lui dardant d’ici-bas
Telle couleur aux jouës pâles,
Que le son de mille cymbales
    Ne divertirait pas.
 
Tu es la frayeur du village :
Chacun craignant ton sorcelage
    Te ferme sa maison,
Tremblant de peur que tu ne taches
Ses bœufs, ses moutons et ses vaches
    Du just de ta poison.
 
J’ai vu souvent ton œil sénêtre,
Trois fois regardant de loin paître
    La guide du troupeau,
L’ensorceler de telle sorte,
Que tôt après je la vis morte
    Et les vers sur la peau.
 
Comme toi, Médée exécrable
Fut bien quelquefois profitable :
    Ses venins ont servi,
Reverdissant d’Éson l’écorce :
Au contraire, tu m’as par force
    Mon beau printemps ravi.
 
Dieux ! si là-haut pitié demeure,
Pour récompense qu’elle meure,
    Et ses os diffamés
Privés d’honneur de sépulture,
Soient des oiseaux goulus pâture,
    Et des chiens affamés.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Sеinе еt à sеs rivаgеs (Vеrmеil)

De Сосhоnfuсius sur «Ô misérаblе viе ! iсi-bаs аgitéе...» (Lа Rоquе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Rоssignоl mоn mignоn...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Vinсеnt sur «Се n’еst pаs dе mоn gré, Саrlе, quе mа nаvirе...» (Du Βеllау)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе