Ronsard

Quatre Premiers Livres des Odes, 1550


Contre Denise Sorcière


 
L’inimitié que je te porte,
Passe celle, tant elle est forte,
    Des agneaux et des loups,
Vieille sorciere déhontée,
Que les bourreaux ont fouettée
    Te honnissant de coups.
 
Tirant après toi une presse
D’hommes et de femmes épaisse,
    Tu montrais nu le flanc,
Et montrais nu parmi la rue
L’estomac, et l’épaule nue
    Rougissante de sang.
 
Mais la peine fut bien petite,
Si l’on balance ton mérite :
    Le Ciel ne devait pas
Pardonner à si lâche tête,
Ains il devait de sa tempête
    L’acravanter à bas.
 
La Terre mère encor pleurante
Des Géants la mort violente
    Brûlés du feu des cieux,
(Te lâchant de son ventre à peine)
T’engendra, vieille, pour la haine
    Qu’elle portait aux Dieux.
 
Tu sais que vaut mixtionnée
La drogue qui nous est donnée
    Des pays chaleureux,
Et en quel mois, en quelles heures
Les fleurs des femmes sont meilleures
    Au breuvage amoureux.
 
Nulle herbe, soit elle aux montagnes,
Ou soit venimeuse aux campagnes,
    Tes yeux sorciers ne fuit,
Que tu as mille fois coupée
D’une serpe d’airain courbée,
    Béant contre la nuit.
 
Le soir, quand la Lune fouette
Ses chevaux par la nuit muette,
    Pleine de rage, alors
Voilant ta furieuse tête
De la peau d’une étrange bête
    Tu t’élances dehors.
 
Au seul soufler de son haleine
Les chiens effroyés par la plaine
    Aguisent leurs abois :
Les fleuves contremont reculent,
Les loups effroyablement hurlent
    Après toi par les bois.
 
Adonc par les lieux solitaires,
Et par l’horreur des cimetaires
    Où tu hantes le plus,
Au son des vers que tu murmures
Les corps des morts tu désemmures
    De leurs tombeaux reclus.
 
Vêtant de l’un l’image vaine
Tu viens effroyer d’une peine
    (Rebarbotant un sort)
Quelque veuve qui se tourmente,
Ou quelque mère qui lamente
    Son seul héritier mort.
 
Tu fais que la Lune enchantée
Marche par l’air toute argentée,
    Lui dardant d’ici-bas
Telle couleur aux jouës pâles,
Que le son de mille cymbales
    Ne divertirait pas.
 
Tu es la frayeur du village :
Chacun craignant ton sorcelage
    Te ferme sa maison,
Tremblant de peur que tu ne taches
Ses bœufs, ses moutons et ses vaches
    Du just de ta poison.
 
J’ai vu souvent ton œil sénêtre,
Trois fois regardant de loin paître
    La guide du troupeau,
L’ensorceler de telle sorte,
Que tôt après je la vis morte
    Et les vers sur la peau.
 
Comme toi, Médée exécrable
Fut bien quelquefois profitable :
    Ses venins ont servi,
Reverdissant d’Éson l’écorce :
Au contraire, tu m’as par force
    Mon beau printemps ravi.
 
Dieux ! si là-haut pitié demeure,
Pour récompense qu’elle meure,
    Et ses os diffamés
Privés d’honneur de sépulture,
Soient des oiseaux goulus pâture,
    Et des chiens affamés.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lоuÿs : Lеs Sоins јаlоuх

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе