Ronsard

Quatre Premiers Livres des Odes, 1550


Contre Denise Sorcière


 
L’inimitié que je te porte,
Passe celle, tant elle est forte,
    Des agneaux et des loups,
Vieille sorciere déhontée,
Que les bourreaux ont fouettée
    Te honnissant de coups.
 
Tirant après toi une presse
D’hommes et de femmes épaisse,
    Tu montrais nu le flanc,
Et montrais nu parmi la rue
L’estomac, et l’épaule nue
    Rougissante de sang.
 
Mais la peine fut bien petite,
Si l’on balance ton mérite :
    Le Ciel ne devait pas
Pardonner à si lâche tête,
Ains il devait de sa tempête
    L’acravanter à bas.
 
La Terre mère encor pleurante
Des Géants la mort violente
    Brûlés du feu des cieux,
(Te lâchant de son ventre à peine)
T’engendra, vieille, pour la haine
    Qu’elle portait aux Dieux.
 
Tu sais que vaut mixtionnée
La drogue qui nous est donnée
    Des pays chaleureux,
Et en quel mois, en quelles heures
Les fleurs des femmes sont meilleures
    Au breuvage amoureux.
 
Nulle herbe, soit elle aux montagnes,
Ou soit venimeuse aux campagnes,
    Tes yeux sorciers ne fuit,
Que tu as mille fois coupée
D’une serpe d’airain courbée,
    Béant contre la nuit.
 
Le soir, quand la Lune fouette
Ses chevaux par la nuit muette,
    Pleine de rage, alors
Voilant ta furieuse tête
De la peau d’une étrange bête
    Tu t’élances dehors.
 
Au seul soufler de son haleine
Les chiens effroyés par la plaine
    Aguisent leurs abois :
Les fleuves contremont reculent,
Les loups effroyablement hurlent
    Après toi par les bois.
 
Adonc par les lieux solitaires,
Et par l’horreur des cimetaires
    Où tu hantes le plus,
Au son des vers que tu murmures
Les corps des morts tu désemmures
    De leurs tombeaux reclus.
 
Vêtant de l’un l’image vaine
Tu viens effroyer d’une peine
    (Rebarbotant un sort)
Quelque veuve qui se tourmente,
Ou quelque mère qui lamente
    Son seul héritier mort.
 
Tu fais que la Lune enchantée
Marche par l’air toute argentée,
    Lui dardant d’ici-bas
Telle couleur aux jouës pâles,
Que le son de mille cymbales
    Ne divertirait pas.
 
Tu es la frayeur du village :
Chacun craignant ton sorcelage
    Te ferme sa maison,
Tremblant de peur que tu ne taches
Ses bœufs, ses moutons et ses vaches
    Du just de ta poison.
 
J’ai vu souvent ton œil sénêtre,
Trois fois regardant de loin paître
    La guide du troupeau,
L’ensorceler de telle sorte,
Que tôt après je la vis morte
    Et les vers sur la peau.
 
Comme toi, Médée exécrable
Fut bien quelquefois profitable :
    Ses venins ont servi,
Reverdissant d’Éson l’écorce :
Au contraire, tu m’as par force
    Mon beau printemps ravi.
 
Dieux ! si là-haut pitié demeure,
Pour récompense qu’elle meure,
    Et ses os diffamés
Privés d’honneur de sépulture,
Soient des oiseaux goulus pâture,
    Et des chiens affamés.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

Silvеstrе : Lе Ρlus Dоuх Сhеmin

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lеs Sépаrés

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе Βаbуlоniеn sеs hаuts murs vаntеrа...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Rеtrаitе (Sаmаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, sоrсiеrs еt dоuх, mеs uniquеs flаmbеаuх...» (Μоtin)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Ruinеs du сœur (Соppéе)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе