Ronsard

Quatre Premiers Livres des Odes, 1550


Contre Denise Sorcière


 
L’inimitié que je te porte,
Passe celle, tant elle est forte,
    Des agneaux et des loups,
Vieille sorciere déhontée,
Que les bourreaux ont fouettée
    Te honnissant de coups.
 
Tirant après toi une presse
D’hommes et de femmes épaisse,
    Tu montrais nu le flanc,
Et montrais nu parmi la rue
L’estomac, et l’épaule nue
    Rougissante de sang.
 
Mais la peine fut bien petite,
Si l’on balance ton mérite :
    Le Ciel ne devait pas
Pardonner à si lâche tête,
Ains il devait de sa tempête
    L’acravanter à bas.
 
La Terre mère encor pleurante
Des Géants la mort violente
    Brûlés du feu des cieux,
(Te lâchant de son ventre à peine)
T’engendra, vieille, pour la haine
    Qu’elle portait aux Dieux.
 
Tu sais que vaut mixtionnée
La drogue qui nous est donnée
    Des pays chaleureux,
Et en quel mois, en quelles heures
Les fleurs des femmes sont meilleures
    Au breuvage amoureux.
 
Nulle herbe, soit elle aux montagnes,
Ou soit venimeuse aux campagnes,
    Tes yeux sorciers ne fuit,
Que tu as mille fois coupée
D’une serpe d’airain courbée,
    Béant contre la nuit.
 
Le soir, quand la Lune fouette
Ses chevaux par la nuit muette,
    Pleine de rage, alors
Voilant ta furieuse tête
De la peau d’une étrange bête
    Tu t’élances dehors.
 
Au seul soufler de son haleine
Les chiens effroyés par la plaine
    Aguisent leurs abois :
Les fleuves contremont reculent,
Les loups effroyablement hurlent
    Après toi par les bois.
 
Adonc par les lieux solitaires,
Et par l’horreur des cimetaires
    Où tu hantes le plus,
Au son des vers que tu murmures
Les corps des morts tu désemmures
    De leurs tombeaux reclus.
 
Vêtant de l’un l’image vaine
Tu viens effroyer d’une peine
    (Rebarbotant un sort)
Quelque veuve qui se tourmente,
Ou quelque mère qui lamente
    Son seul héritier mort.
 
Tu fais que la Lune enchantée
Marche par l’air toute argentée,
    Lui dardant d’ici-bas
Telle couleur aux jouës pâles,
Que le son de mille cymbales
    Ne divertirait pas.
 
Tu es la frayeur du village :
Chacun craignant ton sorcelage
    Te ferme sa maison,
Tremblant de peur que tu ne taches
Ses bœufs, ses moutons et ses vaches
    Du just de ta poison.
 
J’ai vu souvent ton œil sénêtre,
Trois fois regardant de loin paître
    La guide du troupeau,
L’ensorceler de telle sorte,
Que tôt après je la vis morte
    Et les vers sur la peau.
 
Comme toi, Médée exécrable
Fut bien quelquefois profitable :
    Ses venins ont servi,
Reverdissant d’Éson l’écorce :
Au contraire, tu m’as par force
    Mon beau printemps ravi.
 
Dieux ! si là-haut pitié demeure,
Pour récompense qu’elle meure,
    Et ses os diffamés
Privés d’honneur de sépulture,
Soient des oiseaux goulus pâture,
    Et des chiens affamés.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе