Ronsard


De l’Élection de son Sépulcre


 
Antres, et vous fontaines
De ces roches hautaines
Dévalants contre-bas
    D’un glissant pas ;
 
Et vous forêts, et ondes
Par ces prés vagabondes,
Et vous, rives et bois,
    Oyez ma voix.
 
Quand le ciel et mon heure
Jugeront que je meure,
Ravi du doux séjour
    Du commun jour,
 
Je veux, j’entends, j’ordonne,
Qu’un sépulcre on me donne,
Non près des rois levé,
    Ni d’or gravé,
 
Mais en cette île verte
Où la course entrouverte
Du Loir autour coulant
    Est accolant,
 
Là où Braye s’amie
D’une eau non endormie
Murmure à l’environ
    De son giron.
 
Je défends qu’on ne rompe
Le marbre pour la pompe
De vouloir mon tombeau
    Bâtir plus beau.
 
Mais bien je veux qu’un arbre
M’ombrage en lieu d’un marbre,
Arbre qui soit couvert
    Toujours de vert.
 
De moi puisse la terre
Engendrer un lierre
M’embrassant en maint tour
    Tout à l’entour ;
 
Et la vigne tortisse
Mon sépulcre embellisse,
Faisant de toutes parts
    Un ombre épars.
 
Là viendront chaque année
À ma fête ordonnée,
Avecques leurs troupeaux,
    Les pastoureaux ;
 
Puis, ayant fait l’office
De leur beau sacrifice,
Parlants à l’île ainsi,
    Diront ceci :
 
« Que tu es renommée,
D’être tombeau nommée
D’un de qui l’univers
    Ouira les vers,
 
Et qui oncque en sa vie
Ne fût brûlé d’envie,
Mendiant les honneurs
    Des grands seigneurs,
 
Ni ne rapprit l’usage
De l’amoureux breuvage,
Ni l’art des anciens
    Magiciens,
 
Mais bien à nos campagnes
Fit voir les Sœurs compagnes
Foulantes l’herbe aux sons
    De ses chansons,
 
Car il sut sur sa lyre
Si bons accords élire
Qu’il orna de ses chants
    Nous et nos champs !
 
La douce manne tombe
À jamais sur sa tombe,
Et l’humeur que produit
    En mai la nuit !
 
Tout à l’entour l’emmure
L’herbe, et l’eau qui murmure,
L’un toujours verdoyant,
    L’autre ondoyant !
 
Et nous, ayant mémoire
Du renom de sa gloire,
Lui ferons, comme à Pan,
    Honneur chaque an. »
 
Ainsi dira la troupe,
Versant de mainte coupe
Le sang d’un agnelet,
    Avec du lait,
 
Dessus moi, qui à l’heure
Serai par la demeure
Où les heureux esprits
    Ont leur pourpris.
 
La grêle ni la neige
N’ont tels lieux pour leur siège,
Ni la foudre oncques là
    Ne dévala.
 
Mais bien constante y dure
L’immortelle verdure,
Et constant en tout temps
    Le beau printemps.
 
Et Zéphire y haleine
Les myrtes et la plaine
Qui porte les couleurs
    De mille fleurs.
 
Le soin qui sollicite
Les rois ne les incite
Le monde ruiner
    Pour dominer ;
 
Ains comme frères vivent,
Et, morts, encore suivent
Les métiers qu’ils avaient
    Quand ils vivaient.
 
Là, là, j’oirai d’Alcée
La lyre courroucée,
Et Sapho, qui sur tous
    Sonne plus doux.
 
Combien ceux qui entendent
Les odes qu’ils répandent
Se doivent réjouir
    De les ouïr,
 
Quand la peine reçue
Du rocher est déçue
Sous les accords divers
    De leurs beaux vers !
 
La seule lyre douce
L’ennui des cœurs repousse,
Et va l’esprit flattant
    De l’écoutant.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Νоuvеаu : Fоu

Vеrlаinе : Sur lе Саlvаirе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Lа Fоntаinе : Lеs Dеuх Соqs

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Lоrrаin : Αltеssе

Cоmmеntaires récеnts

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir pеu dе pаrеnts, mоins dе trаin quе dе rеntе...» (Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх)

De Сосhоnfuсius sur Rеmémоrаtiоn d’Αmis bеlgеs (Μаllаrmé)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе