Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
Je chantais ces Sonnets, amoureux d’une Hélène,
En ce funeste mois que mon Prince mourut :
Son sceptre, tant fut grand, Charles ne secourut,
Qu’il ne payât sa dette à la Nature humaine.
 
La Mort fut d’une part, et l’Amour qui me mène,
Était de l’autre part, dont le trait me ferut,
Et si bien la poison par les veines courut,
Que j’oubliai mon maître, atteint d’une autre peine.
 
Je sentis dans le cœur deux diverses douleurs,
La rigueur de ma Dame, et la tristesse enclose
Du Roi, que j’adorais pour ses rares valeurs.
 
La vivante et le mort tout malheur me propose :
L’une aime les regrets, et l’autre aime les pleurs :
Car l’Amour et la Mort n’est qu’une même chose.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 5 décembre 2016 à 17h58

Trois vénérables penseurs
----------------------------------

Le premier instruisait ses compagnons hellènes;
Le pavé de sa ville, il l’a bien parcouru.
Puis, ils l’ont mis à mort, mais il fut secouru
Par sa grandeur d’esprit, sagesse plus qu’humaine.

L’autre a pris des chemins qui nulle part ne mènent,
En récitant du grec dont il était féru ;
Il ne sut quoi penser quand un peuple mourut,
Il ne s’exprimait pas sur une telle peine.

Le troisième a souvent soulagé ma douleur,
Son humour eut pour moi la plus grande valeur ;
En ses grimoires sont des merveilles encloses

Pour juger un penseur, vois ce qu’il te propose,
Comment il s’interroge, aussi, sur quelles choses,
Quels bouquets il compose, et avec quelles fleurs.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Xiao Bob le 6 décembre 2016 à 10h59

Cochonfucius est toujours aussi délectable.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 juillet 2019 à 11h52

Maison solitaire
--------------------

L’eau monte aux pilotis lorsque la mer est pleine,
De nuages obscurs le ciel est parcouru
Et le soleil entre eux à peine a transparu ;
Autour de ce logis, nulle présence humaine.

D’invisibles sentiers vers cette maison mènent,
Passant par des taillis où le bois pousse dru ;
C’est dans ces environs que le grand Pan mourut,
Dont plus d’un vieux conteur encore a de la peine.

Entre ces quatre murs n’entre nulle douleur,
Leur constructeur, dit-on, fut homme de valeur ;
Entre ces quatre murs est la sagesse enclose.

J’irai vivre là-bas, si tu me le proposes,
Et je n’emporterai que trois ou quatre choses ;
Du papier, des ciseaux, des crayons de couleur.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Lа Сhаmbrе

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Μаllеvillе : Lа Flеur d’Αdоnis

Μоntrеuil : «Сhеz vоus је n’аi јаmаis été...»

Μérу : Lе Βаllеt dеs hеurеs

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Hоuvillе : Οffrаndе funérаirе

Μоntrеuil : Lеs Rêvеs mоrts

Rоllinаt : Lа Ρеtitе Sоuris

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Μаgiе dе lа nаturе

Rоllinаt : Lеs Ιnfinis

Du Βеllау : «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...»

Du Βеllау : «Τu dis quе Du Βеllау tiеnt réputаtiоn...»

Du Βеllау : «Si mеs éсrits, Rоnsаrd, sоnt sеmés dе tоn lоs...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Quаnd је соntеmplе biеn lеs еffеts dе Νаturе...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Ô gеntil vеr qui vаs filаnt lа sоiе...»

Μérаt : Lе Grаnd Αrbrе

Сlаudе Quillеt

Βоufflеrs : L’Οсulistе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μusе, qui аutrеfоis сhаntаs lа vеrtе Οlivе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd је vаis pаr lа ruе, оù tаnt dе pеuplе аbоndе...» (Du Βеllау)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Сurаrе- sur «Μаdаmе, се mаtin је vоus оffrе unе flеur...» (Lа Rоquе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Jаdis sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De 15 bоurrеs sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе