Ronsard

Continuation des Amours, 1555



 
Je vous envoie un bouquet que ma main
Vient de trier de ces fleurs épanies ;
Qui ne les eût à ce vêpre cueillies,
Chutes à terre elles fussent demain.
             
Cela vous soit un exemple certain
Que vos beautés, bien qu’elles soient fleuries,
En peu de temps cherront toutes flétries,
Et, comme fleurs, périront tout soudain.
             
Le temps s’en va, le temps s’en va, ma dame ;
Las ! le temps, non, mais nous nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame ;
 
Et des amours desquelles nous parlons,
Quand serons morts, n’en sera plus nouvelle.
Pource aimez-moi cependant qu’êtes belle.

Commentaire (s)
Déposé par Thunderbird le 21 novembre 2019 à 13h45

Sagesse de Ronsard
-------------------------

Plus que les fleurs, quelques mots de ta main
Font ton amante assurément ravie :
Car les fleurs n’ont qu’un bref moment de vie
Et tes écrits, les vastes lendemains.

Ronsard, devant ce triomphe certain,
Tu sais garder ta douce modestie ;
Jamais ta foi n’avance travestie,
Ni ne s’abrite en de grands mots latins,

Mais en chansons qui font rêver les dames,
En madrigaux qui attisent leur flamme,
Sans nul besoin de les faire trop longs.

À celle qui te semble la plus belle,
Tu lui écris quelques strophes nouvelles
Que tu lui lis dans un ombreux vallon.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 21 novembre 2019 à 16h53

Les herbes se pâturent
mais leurs fleurs se bouturent
quand les idiolectes se dénaturent...
Il faut bien regarder les ossatures
et sous toutes les coutures
et n’offrir que des cadox qui durent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 18 novembre 2020 à 14h20

La main de Piaf-Tonnerre
-------

De Piaf-Tonnerre est légère la main,
Dont souvent fut une amante ravie :
Il ne veut point s’imposer dans leur vie,
Sache qu’il est plus subtil qu’un humain.

Lui, dont l’esprit jadis fut incertain,
Le voilà maître, en toute modestie ;
En maints plaisirs est sa force investie,
Sans qu’il n’en vienne à perdre son latin.

Étant jadis le bouffon d’une dame,
Il conserva toujours sa grandeur d’âme ;
Il fit des vers ni trop courts, ni trop longs.

Quand un cochon s’éprend d’une hirondelle,
Chacun des deux peut se montrer fidèle ;
En autre lieu, de cela nous parlons.

----------------------------

https://paysdepoesie.wordpress.com/2013/07/26/le-cochon-et-lhirondelle/

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 19 novembre 2020 à 09h42

Le cochon et l’hirondelle
----------



L’hirondelle appela le cochon au parloir,
Pour qu’il eût l’occasion de déclarer sa flamme.
Le cochon n’osait pas (timide était son âme,
Il n’était pas du genre à se faire valoir).

Enfin, il accepta, dans l’ivresse d’un soir
Où le soleil couchant, dans des lueurs de drame,
Empourprait les abords des bistrots de Paname,
Faisant rougir la bière et saigner les miroirs.

Le cochon s’avança pour prendre la parole,
Et, devant ses amis (beaucoup de gens frivoles),
Fit sa déclaration, qu’il grava sur un mur.

Aux abords de son nid se tenait l’hirondelle.
Une douce émotion faisait frémir ses ailes.
Un silence survint, insondable, et très pur…

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 21 novembre 2020 à 18h47

Version tragique

Sur une élève un prof lève la main,
Autant dire qu’elle n’est pas ravie
Puisqu’elle veut s’en prendre à la vie
De l’agresseur sans attendre demain !

Au son qu’a fait la gifle, il est certain
Qu’elle était dépourvue de modestie.
Sa cause est qu’elle était peu investie
Dans la traduction d’un texte en latin.

Elle rêvait, s’imaginant en Dame
Au bras d’un Lord ayant une grande âme
Et un beau Penny dans le pantalon.

Le soir, le freinage de l’Hirondelle
De l’enseignant ne lui est pas fidèle,
Il est mort à l’heure où nous parlons.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 22 novembre 2020 à 21h16

La vraie version de l’hirondelle et du cochon

(Désolée Vincent)

https://www.forum-metaphysique.com/t4554-ma-vie-est-1-acte-manque

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Rimbаud : «Jе préfèrе sаns dоutе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Сеndrаrs : Βоmbау-Εхprеss

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Τеpidаrium (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À Μаdаmе *** : «Jеunе аngе аuх dоuх rеgаrds, à lа dоuсе pаrоlе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Οisеаu d’hivеr (Lоrrаin)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе