Ronsard


L’Alouette


 
Hé Dieu, que je porte d’envie
Aux félicités de ta vie,
Alouette, qui de l’amour
Caquettes dès le point du jour,
Secouant la douce rosée
En l’air, dont tu es arrosée.
    D’avant que Phébus soit levé
Tu enlèves ton corps lavé
Pour l’essuyer près de la nue,
Trémoussant d’une aile menue :
Et te sourdant à petits bonds,
Tu dis en l’air de si doux sons
Composés de ta tirelire,
Qu’il n’est amant qui ne désire
Comme toi devenir oiseau,
Pour dégoiser un chant si beau :
Puis quand tu es bien élevée,
Tu tombes comme une fusée
Qu’une jeune pucelle au soir
De sa quenouille laisse choir,
Quand au foyer elle sommeille,
Frappant son sein de son oreille :
Ou bien quand en filant le jour
Voit celui qui lui fait l’amour
Venir près d’elle à l’impourvue,
De honte elle abaisse la vue,
Et son tors fuseau délié
Loin de sa main roule à son pied.
Ainsi tu roules, Alouette,
Ma doucelette mignonnette,
Qui plus qu’un rossignol me plais
Chantant par un taillis épais.
    Tu vis sans offenser personne,
Ton bec innocent ne moissonne
Le froment, comme ces oiseaux
Qui font aux hommes mille maux,
Soit que le blé rongent en herbe,
Ou soit qu’ils l’égrènent en gerbe :
Mais tu vis par les sillons verts,
De petits fourmis et de vers :
Ou d’une mouche, ou d’une achée
Tu portes aux tiens la béchée,
Ou d’une chenille qui sort
Des feuilles, quand l’Hiver est mort.
    À tort les mensongers Poètes
Ont mal feint que vous, Alouettes
D’avoir votre père haï
Jadis jusqu’à l’avoir trahi,
Coupant de sa tête Royale
La blonde perruque fatale,
Dans laquelle un crin d’or portait
En qui toute sa force était.
Mais quoi ! vous n’êtes pas seulettes
À qui les mensongers Poètes
Ont fait grand tort : dedans le bois
Le Rossignol à haute voix
Caché dessous quelque verdure
Se plaint d’eux, et leur dit injure.
Si fait bien l’Arondelle aussi
Quand elle chante son cossi.
Ne laissez pas pourtant de dire
Mieux que devant la tirelire,
Et faites crever par dépit
Ces menteurs de ce qu’ils ont dit.
    Ne laissez pour cela de vivre
Joyeusement, et de poursuivre
À chaque retour du Printemps
Vos accoutumés passetemps
Ainsi jamais la main pillarde
D’une pastourelle mignarde
Parmi les sillons épiant
Votre nouveau nid pépiant,
Quand vous chantez ne le dérobe
Ou dans son sein ou dans sa robe.
Vivez oiseaux et vous haussez
Toujours en l’air, et annoncez
De votre chant et de votre aile
Que le Printemps se renouvelle.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Сhеvrеul (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur «Lеntеmеnt, dоuсеmеnt, dе pеur qu’еllе sе brisе...» (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе