Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
L’arbre qui met à croître, a la plante assurée :
Celui qui croît bien tôt, ne dure pas long temps :
Il n’endure des vents les soufflets inconstants.
Ainsi l’amour tardive est de longue durée.
 
Ma foi du premier jour ne vous fut pas donnée :
L’Amour et la Raison, comme deux combattants,
Se sont escarmouchés l’espace de quatre ans :
À la fin j’ai perdu, vaincu par destinée.
 
Il était destiné par sentence des cieux,
Que je devais servir, mais adorer vos yeux :
J’ai, comme les Géants, au ciel fait résistance
 
Aussi je suis comme eux maintenant foudroyé,
Pour résister au bien qu’ils m’avaient octroyé,
Je meurs, et si ma mort m’est trop de récompense.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 8 février 2016 à 15h53

Serpent du ciel de gueules
------------------------------

Il va, ce beau serpent, d’une allure assurée ;
Son errance, pourtant, dure depuis longtemps,
Trompé qu’il fut, souvent, par ce ciel inconstant,
Mais il sait s’accrocher sur la longue durée.

Or, cette place aux cieux ne lui fuit pas donnée ;
Il a dû se montrer habile combattant,
Et son entraînement a duré quarante ans.
Il a persévéré, sûr de sa destinée.

C’est la paix, maintenant, serpent des rouges cieux,
Aucun mal, désormais, ne se montre à tes yeux,
Le destin ne t’oppose aucune résistance.

Tu revis ces instants où, presque foudroyé,
Tu bénissais le sort de t’avoir octroyé
La vaillance et la joie pour toute récompense.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 février 2016 à 16h46

premier vers du deuxième quatrain

... ne lui fut pas donnée

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 mai 2021 à 12h51

Arbre serpentivore
----------

Par cet arbre est du lieu la défense assurée,
Un serpent près de lui ne survit pas longtemps ;
Il l’avale, et voilà, tout le monde est content,
Le jeu du tentateur est de courte durée.

Or, ces reptiles sont des bêtes obstinées,
Ce qui est impossible est pour eux exaltant ;
L’histoire se prolonge et se va répétant,
Telle est leur vocation, telle est leur destinée.

Ils veulent contester la loi qui vient des cieux,
Car un pareil précepte est injuste à leurs yeux ;
Ils cultivent ainsi l’esprit de résistance.

Même quand  l’un des leurs a péri, foudroyé,
Leur bel entêtement ne put être broyé ;
Les reptiles d’Eden ont bien trop de constance.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Un lecteur le 30 mai 2021 à 09h13

La poésie cochonfucéenne mériterait d’être au catalogue des éditions Gros Textes, mais le monde est comme il est

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 octobre 2022 à 12h16

Arbres du roi
---------

Trois arbres ont poussé dans une cour carrée,
Plantés par mon grand-père, il y a bien longtemps ;
Ils furent de ma part l’objet de soins constants,
Leur croissance par rien ne fut contrecarrée.

Leurs dryades, vois-tu, elles sont délurées,
Avec elles je vis des moments épatants ;
Je n’en abuse point, car je n’ai plus vingt ans,
Les efforts que je fais sont de courte durée.

Elles sont courtisées par un trio de dieux
Qui sont plus dessalés que les anges des cieux ;
Avec ceux-là, c’est bref, c’est ardent, c’est intense.

Un démon d’inframonde ici s’est fourvoyé,
Lequel a vainement son charme déployé ;
Pour elles, ces gaillards sont de peu d’importance.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Rаmuz : Сhаlеur

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Fаbié : Τеrrе dе Frаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Hеrеdiа : Lе Νаufrаgé

*** : Lа Dépоsitiоn dе Jеhаn Riсtus

Сhаuliеu : Lеs Élоgеs dе lа viе сhаmpêtrе

Μаrоt : Dе lа јеunе dаmе qui а viеil mаri

Gréсоurt : L’Ιvrоgnе

Vоltаirе : Lе Sоngе сrеuх

Τоulеt : «Αimеz-vоus lе pаssé...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μusiquеs оmbrеusеs vеrtеs...» (Dаuphin)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаpillоn (Lаmаrtinе)

De Сосhоnfuсius sur Dоn Juаn (Сrоs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Rаtzingеr sur Lа Соmplаintе dе Μоnsiеur Βеnоit (Frаnс-Νоhаin)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе