Ronsard

Quatre Premiers Livres des Odes


À Antoine de Chasteignier,

 

de la Roche de Posé.


 
Ne s’effroyer de chose qui arrive,
        Ne s’en fâcher aussi,
Rend l’homme heureux, et fait encor qu’il vive
        Sans peur ni sans souci.
 
Comme le temps vont les choses mondaines
        Suivant son mouvement ;
Il est soudain, et les saisons soudaines
        Font leurs cours promptement.
 
Dessus le Nil jadis fut la science,
        Puis en Grèce elle alla,
Rome depuis en eut l’expérience,
        Paris maintenant l’a.
 
Villes et forts et royaumes périssent
        Par le temps tout exprès,
Et donnent lieu aux nouveaux qui fleurissent
        Pour remourir après.
 
Comme un Printemps les jeunes enfants croissent,
        Puis viennent en Été,
L’Hiver les prend, et plus ils n’apparaissent
        Cela qu’ils ont été.
 
Naguère étaient dessus la sèche arène
        Les poissons à l’envers,
Puis tout soudain l’orgueilleux cours de Seine
        Les a de flots couverts.
 
La mer ne flotte où elle soulait être,
        Et aux lieux vides d’eaux,
Miracle étrange, on la lui a vu naître
        Hôpital de bateaux.
 
Telles lois fit Dame Nature guide,
        Lorsque par-sur le dos
Pyrrhe sema dedans le monde vide
        De sa mère les os,
 
À celle fin que nul homme n’espère
        S’oser dire immortel,
Voyant le Temps qui est son propre père,
        N’avoir rien moins de tel.
 
Arme-toi donc de la Philosophie
        Contre tant d’accidents,
Et courageux d’elle te fortifie
        L’estomac au dedans,
 
N’ayant effroi de chose qui survienne
        Au devant de tes yeux,
Soit que le ciel les abymes devienne,
        Et l’abyme les cieux.
 



Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

Αpоllinаirе : Dаns lе јаrdin d’Αnnа

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...»

Αutrаn : Lа Βоhèmе

Rоnsаrd : «Jе nе sеrаis mаrri, si tu соmptаis mа pеinе...»

Βlаisе Сеndrаrs

Сеndrаrs : Соntrаstеs

☆ ☆ ☆ ☆

Ρеrgаud : Lеs Hibоuх

Hеrеdiа : Βrеtаgnе

Rоdеnbасh : Lеs Сlосhеs

Βаudеlаirе : «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...»

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Αutrаn : Ρrudеnсе dе lа Grеnоuillе

Αubigné : Εхtаsе

Αutrаn : Sévigné

Νеrvаl

Μоréаs : Μusiquе lоintаinе

Cоmmеntaires récеnts

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Сосhоnfuсius sur Ρеrséе еt Αndrоmèdе (Hеrеdiа)

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Ρоrсus Сum Librо sur Lupеrсus (Hеrеdiа)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе