Ronsard


À Antoine de Chasteignier,

 

de la Roche de Posé.


 
Ne s’effroyer de chose qui arrive,
        Ne s’en fâcher aussi,
Rend l’homme heureux, et fait encor qu’il vive
        Sans peur ni sans souci.
 
Comme le temps vont les choses mondaines
        Suivant son mouvement ;
Il est soudain, et les saisons soudaines
        Font leurs cours promptement.
 
Dessus le Nil jadis fut la science,
        Puis en Grèce elle alla,
Rome depuis en eut l’expérience,
        Paris maintenant l’a.
 
Villes et forts et royaumes périssent
        Par le temps tout exprès,
Et donnent lieu aux nouveaux qui fleurissent
        Pour remourir après.
 
Comme un Printemps les jeunes enfants croissent,
        Puis viennent en Été,
L’Hiver les prend, et plus ils n’apparaissent
        Cela qu’ils ont été.
 
Naguère étaient dessus la sèche arène
        Les poissons à l’envers,
Puis tout soudain l’orgueilleux cours de Seine
        Les a de flots couverts.
 
La mer ne flotte où elle soulait être,
        Et aux lieux vides d’eaux,
Miracle étrange, on la lui a vu naître
        Hôpital de bateaux.
 
Telles lois fit Dame Nature guide,
        Lorsque par-sur le dos
Pyrrhe sema dedans le monde vide
        De sa mère les os,
 
À celle fin que nul homme n’espère
        S’oser dire immortel,
Voyant le Temps qui est son propre père,
        N’avoir rien moins de tel.
 
Arme-toi donc de la Philosophie
        Contre tant d’accidents,
Et courageux d’elle te fortifie
        L’estomac au dedans,
 
N’ayant effroi de chose qui survienne
        Au devant de tes yeux,
Soit que le ciel les abymes devienne,
        Et l’abyme les cieux.
 



Quatre Premiers Livres des Odes

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе