Ronsard


À Antoine de Chasteignier,

 

de la Roche de Posé.


 
Ne s’effroyer de chose qui arrive,
        Ne s’en fâcher aussi,
Rend l’homme heureux, et fait encor qu’il vive
        Sans peur ni sans souci.
 
Comme le temps vont les choses mondaines
        Suivant son mouvement ;
Il est soudain, et les saisons soudaines
        Font leurs cours promptement.
 
Dessus le Nil jadis fut la science,
        Puis en Grèce elle alla,
Rome depuis en eut l’expérience,
        Paris maintenant l’a.
 
Villes et forts et royaumes périssent
        Par le temps tout exprès,
Et donnent lieu aux nouveaux qui fleurissent
        Pour remourir après.
 
Comme un Printemps les jeunes enfants croissent,
        Puis viennent en Été,
L’Hiver les prend, et plus ils n’apparaissent
        Cela qu’ils ont été.
 
Naguère étaient dessus la sèche arène
        Les poissons à l’envers,
Puis tout soudain l’orgueilleux cours de Seine
        Les a de flots couverts.
 
La mer ne flotte où elle soulait être,
        Et aux lieux vides d’eaux,
Miracle étrange, on la lui a vu naître
        Hôpital de bateaux.
 
Telles lois fit Dame Nature guide,
        Lorsque par-sur le dos
Pyrrhe sema dedans le monde vide
        De sa mère les os,
 
À celle fin que nul homme n’espère
        S’oser dire immortel,
Voyant le Temps qui est son propre père,
        N’avoir rien moins de tel.
 
Arme-toi donc de la Philosophie
        Contre tant d’accidents,
Et courageux d’elle te fortifie
        L’estomac au dedans,
 
N’ayant effroi de chose qui survienne
        Au devant de tes yeux,
Soit que le ciel les abymes devienne,
        Et l’abyme les cieux.
 



Quatre Premiers Livres des Odes

Commentaire(s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

Μауnаrd : Épitаphе : «Сi-gît Ρаul qui bаissаit lеs уеuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Μаrоt : «J’аi unе lеttrе еntrе tоutеs élitе...»

Μауnаrd : «L’hоmmе qui gît еn се liеu...»

Riсhеpin : Dаb

Βаnvillе : Μаriа Gаrсiа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βаin dеs Νуmphеs (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсêtrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdiеn sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе