Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
 

1


 
Plus étroit que la Vigne à l’Ormeau se marie
              De bras souplement forts,
Du lien de tes mains, Maîtresse, je te prie,
              Enlace-moi le corps.
 
 

2


 
Et feignant de dormir, d’une mignarde face
              Sur mon front penche-toi :
Inspire, en me baisant, ton haleine et ta grâce
              Et ton cœur dedans moi.
 
 

3


 
Puis appuyant ton sein sur le mien qui se pâme,
              Pour mon mal apaiser,
Serre plus fort mon col, et me redonne l’âme
              Par l’esprit d’un baiser.
 
 

4


 
Si tu me fais ce bien, par tes yeux je te jure,
              Serment qui m’est si cher,
Que de tes bras aimés jamais nulle aventure
              Ne pourra m’arracher.
 
 

5


 
Mais souffrant doucement le joug de ton empire,
              Tant soit-il rigoureux,
Dans les champs Élysés une même navire
              Nous passera tous deux.
 
 

6


 
Là morts de trop aimer, sous les branches Myrtines
              Nous verrons tous les jours
Les Héros près de nous avec les Héroïnes
              Ne parler que d’amours.
 
 

7


 
Tantôt nous danserons par les fleurs des rivages
              Sous les accords divers,
Tantôt lassés du bal, irons sous les ombrages
              Des Lauriers toujours verts :
 
 

8


 
Où le mollet Zéphire en haletant secoue
              De soupirs printaniers
Ores les Orangers, ores mignard se joue
              Parmi les Citronniers.
 
 

9


 
Là du plaisant Avril la saison immortelle
              Sans échange se suit :
La terre sans labeur de sa grasse mamelle
              Toute chose y produit.
 
 

10


 
D’en bas la troupe sainte, autrefois amoureuse,
              Nous honorant sur tous,
Viendra nous saluer, s’estimant bienheureuse
              De s’accointer de nous.
 
 

11


 
Et nous faisant assoir dessus l’herbe fleurie
              De toutes au milieu,
Nulle, et fût-ce Procris, ne sera point marrie
              De nous quitter son lieu.
 
 

12


 
Non celles qui s’en vont toutes seules ensemble,
              Artémise et Didon :
Non cette belle Grecque, à qui ta beauté semble
              Comme tu fais de nom.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lоuÿs : Lеs Sоins јаlоuх

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе