Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
Quand je devise assis auprès de vous,
          Tout le cœur me tressaut.
Je tremble tout de nerfs et de genoux,
          Et le pouls me défaut.
Je n’ai ni sang ni esprit ni haleine,
Qui ne se trouble en voyant mon Hélène,
          Ma chère et douce peine.
 
Je deviens fol ; je perds toute raison :
          Connaître je ne puis
Si je suis libre, ou captif en prison :
          Plus en moi je ne suis.
En vous voyant, mon œil perd connaissance :
Le vôtre altère et change mon essence,
          Tant il a de puissance.
 
Votre beauté me fait en même temps
          Souffrir cent passions :
Et toutefois tous mes sens sont contents,
          Divers d’affections.
L’œil vous regarde, et d’autre part l’oreille
Ouït votre voix, qui n’a point de pareille,
          Du monde la merveille.
 
Voilà comment vous m’avez enchanté,
          Heureux de mon malheur :
De mon travail je me sens contenté,
          Tant j’aime ma douleur :
Et veux toujours que le tourment me tienne,
Et que de vous toujours il me souvienne,
          Vous donnant l’âme mienne.
 
Donc ne cherchez de parler au Devin,
          Qui savez tout charmer :
Vous seule auriez un esprit tout divin,
          Si vous pouviez aimer.
Que plût à Dieu, ma moitié bien-aimée,
Qu’Amour vous eût d’une flèche enflammée
          Autant que moi charmée.
 
En se jouant il m’a de part en part
          Le cœur outrepercé :
À vous s’amie il n’a montré le dard
          Duquel il m’a blessé.
De telle mort heureux je me confesse,
Et ne veux point que le souci me laisse
          Pour vous, belle Maîtresse.
 
Dessus ma tombe écrivez mon souci
          En lettres grossement :
Le Vendômois, lequel repose ici,
          Mourut en bien aimant.
Comme Pâris, là-bas faut que je voise,
Non pour l’amour d’une Hélène Grégeoise,
          Mais d’une Saintongeoise.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : Εspоir timidе

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Соppéе : «Lе sоir, аu соin du fеu, ј’аi pеnsé biеn dеs fоis...»

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De СΟUGΑRΕ- sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе