Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
Yeux, qui versez en l’âme, ainsi que deux Planètes,
Un esprit qui pourrait ressusciter les morts,
Je sais de quoi sont faits tous les membres du corps,
Mais je ne puis savoir quelle chose vous êtes.
 
Vous n’êtes sang ni chair, et toutefois vous faites
Des miracles en moi par vos regards si forts,
Si bien qu’en foudroyant les miens par le dehors,
Dedans vous me tuez de cent mille sagettes.
 
Yeux, la forge d’Amour, Amour n’a point de traits
Que les poignants éclairs qui sortent de vos rais,
Dont le moindre à l’instant toute l’âme me sonde.
 
Je suis, quand je les sens, de merveille ravi :
Quand je ne les sens plus en mon corps, je ne vis,
Ayant en moi l’effet qu’a le Soleil au monde.
 

Commentaire (s)
Déposé par PipaRap le 16 octobre 2015 à 10h30

A l origine de l eclatement du scandale, une femme.  http://lenitsky.com/holodaet-premera-pesni/   Avis rendu public tres proche de celui du CNOM.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 mars 2019 à 12h21

Sankt Regenbogen
----------------------

Sa vie se déroula sur une exoplanète
Où il fut confesseur des vivants et des morts ;
Je ne sais comment sont les membres de son corps,
Mais je sais que son âme est quasiment parfaite.

Lui, de sang et de chair, mais au coeur de prophète,
Des miracles il fit par ses regards si forts ;
Les démons n’osaient plus s’aventurer dehors,
On entendait gémir leur foule stupéfaite.

Au fond d’une chapelle on peut voir son portrait
Que, dans mon jeune temps, un moine me montrait,
Et je m’agenouillais pendant quelques secondes.

De l’avoir avec eux, les anges sont ravis ;
On dit qu’en leur jardin, l’autre jour, on le vit
Longuement converser avec l’Âme du Monde.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 mai 2019 à 12h08

Le Seigneur Coquillard
----------

C’est un vieux pèlerin qui parcourt la planète,
Priant pour le salut des vivants et des morts ;
Rayonnante est son âme, ascétique est son corps,
Parfaitement heureux de sa vie imparfaite.

Sa mère, une vestale, et son père, un prophète,
Lui permirent de croître et d’être un homme fort ;
Car il se sent chez lui, passant sa vie dehors
Et donnant des leçons aux foules stupéfaites.

Mon grand-père, jadis, me montra son portrait,
Des poèmes aussi, d’un grand recueil extraits ;
J’en trouvais la saveur à nulle autre seconde.

De vivre en vagabond, ce bonhomme est ravi ;
Il a peu de besoins, qui sont vite assouvis,
Lui dont le seul amour est la beauté du monde.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er août 2019 à 11h42

Le Seigneur d’Alpha Rhinocerotis
------------------------------

Les planètes d’Alpha Rhinocerotis dansent,
Emportant dans l’éther leurs vivants et leurs morts ;
Par trop simple est la loi qui dirige ces corps,
Le Seigneur de l’étoile est toujours en vacances.

Traité de sybarite, il n’en prend point offense,
Car il sait, dans son coeur, qu’il est un homme fort ;
Il trouve son godet, le remplit jusqu’au bord
Et goûte les bienfaits d’une bonne intendance.

Chaque étoile d’une autre est un peu le portrait,
Avec des matériaux des mêmes lieux extraits,
Avec la nostalgie des premières secondes.

Son trône à ce Seigneur ne sera point ravi,
Chaque matin seront ses désirs assouvis
Sur l’anodine étoile au coeur du vaste monde.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Gаutiеr : Quеstiоns

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μа Dаmе, је mе mеurs аbаndоnné d’еspоir...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sur un mаi (Ρаssеrаt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Sоurсе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе