Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
Yeux, qui versez en l’âme, ainsi que deux Planètes,
Un esprit qui pourrait ressusciter les morts,
Je sais de quoi sont faits tous les membres du corps,
Mais je ne puis savoir quelle chose vous êtes.
 
Vous n’êtes sang ni chair, et toutefois vous faites
Des miracles en moi par vos regards si forts,
Si bien qu’en foudroyant les miens par le dehors,
Dedans vous me tuez de cent mille sagettes.
 
Yeux, la forge d’Amour, Amour n’a point de traits
Que les poignants éclairs qui sortent de vos rais,
Dont le moindre à l’instant toute l’âme me sonde.
 
Je suis, quand je les sens, de merveille ravi :
Quand je ne les sens plus en mon corps, je ne vis,
Ayant en moi l’effet qu’a le Soleil au monde.
 

Commentaire(s)
Déposé par PipaRap le 16 octobre 2015 à 10h30

A l origine de l eclatement du scandale, une femme.  http://lenitsky.com/holodaet-premera-pesni/   Avis rendu public tres proche de celui du CNOM.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 mars 2019 à 12h21

Sankt Regenbogen
----------------------

Sa vie se déroula sur une exoplanète
Où il fut confesseur des vivants et des morts ;
Je ne sais comment sont les membres de son corps,
Mais je sais que son âme est quasiment parfaite.

Lui, de sang et de chair, mais au coeur de prophète,
Des miracles il fit par ses regards si forts ;
Les démons n’osaient plus s’aventurer dehors,
On entendait gémir leur foule stupéfaite.

Au fond d’une chapelle on peut voir son portrait
Que, dans mon jeune temps, un moine me montrait,
Et je m’agenouillais pendant quelques secondes.

De l’avoir avec eux, les anges sont ravis ;
On dit qu’en leur jardin, l’autre jour, on le vit
Longuement converser avec l’Âme du Monde.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 mai 2019 à 12h08

Le Seigneur Coquillard
----------

C’est un vieux pèlerin qui parcourt la planète,
Priant pour le salut des vivants et des morts ;
Rayonnante est son âme, ascétique est son corps,
Parfaitement heureux de sa vie imparfaite.

Sa mère, une vestale, et son père, un prophète,
Lui permirent de croître et d’être un homme fort ;
Car il se sent chez lui, passant sa vie dehors
Et donnant des leçons aux foules stupéfaites.

Mon grand-père, jadis, me montra son portrait,
Des poèmes aussi, d’un grand recueil extraits ;
J’en trouvais la saveur à nulle autre seconde.

De vivre en vagabond, ce bonhomme est ravi ;
Il a peu de besoins, qui sont vite assouvis,
Lui dont le seul amour est la beauté du monde.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αlbеrt Lоzеаu

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lаs ! је mеurs : nоn-fаit, nоn. Quоi dоnс ? Jе vis d’еspоir...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οisеаu blеu (Сеndrаrs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе