Saint-Pol-Roux

La Rose et les épines du chemin, 1901


Les Couronnes


À Romain Coolus.

Sur Paris, le Temps, satyre à face de pierrot, agaçait de ses deux ongles noirs les crinolines d’airain ; aussi les heures s’esquivaient-elles allègrement, grisettes du Moulin Bleu...

Notre chien Axel dormait sur l’intangible litière de soleil tombée de la fenêtre ouverte.

La couleuvre de mon loisir incommensurable s’étalant, je songeais, nourrisson d’un exquis cigare de contrebande corse.

Dans une lointaine apothéose d’illusion m’apparurent les solides gars de mon ambition accouchée. Ses vitraux coloriés de compassion à l’égard des cadets encore sous le joug, l’aboutie cathédrale de ma joie s’épanouissait enfin, et les orgues disaient mon œuvre accomplie.

Soudain la fumée du cigare, que le coma déformateur faisait encens populaire, en couronnes s’éleva.

Or celles-ci, loin d’encercler ma tête, ascendaient indifférentes. L’amour-propre marri de ce tort de diadèmes, si futiles soient-ils, sur un siège m’érigeant, jusqu’à ce qu’à mon front s’adaptassent les vanités enviées, j’insistai.

J’y parvins, d’un effort qui rompit le charme.

— « Cette avare expression des masses, la Gloire, rarement daigne condescendre, pensai-je ; de son haut trône elle attend fière le Chevalier de l’Œuvre.

« Couple d’orbites par lesquelles des légions contemplent les héros, combien ardu d’apprivoiser votre rayon total et de s’éjouir en son admirance pleinement !

« Point ne suffit de mériter la Gloire ; il faut encore gravir l’arpège de marbre, puis, dès nos cheveux en pluie sur ses cothurnes, se la concilier par une cour ridicule et, si sa réponse est de glace (ordinaire coquetterie de qui se sait critérium), la violer. Que de gens font ce que je viens de faire, s’avancent l’échine souple et la main friande — cela valait-il pas un regard, un sourire, un baiser ? — mais, le tréteau quitté, comme ils doivent cracher contre le miroir de la chambre avant de reposer leur nudité sur la fraîche paillasse de lauriers !

« Les dignes, eux, se cramponnent à la solitude et dans la nuit meurent sans un pas vers la patricienne aux graisses populacières.

« Mourrai-je ainsi, moi que la Gloire effarouche ?

« En ce cas, ma crainte (car la prude s’acharne après coup sur ses contempteurs sans défense) serait qu’elle ne vienne, ouvrant mon cercueil comme une tabatière, offrir une prise de mes cendres aux urnes déléguées, ces faux-nez des nations contrites ; et j’endêve à la pensée de mon squelette défoui, suspendu au bras de la marianne ainsi qu’un fiancé macabre et promené parmi la louange des joues fleuries.

« Oh ! cette perspective de soufflets tard convertis en coups d’encensoir ! Oh ! de songer que ces yeux, jusque-là secs de mépris, pourraient inopinément résipiscer le long du moine mort, une folle envie me prend — à l’unique fin d’une gloire moindre, mais immédiate, logique, et d’ainsi m’épargner la dérision des palmes futures, seules durables pourtant ! — une folle envie me prend de déserter le sablier de ma thébaïde, de m’ensillager de joueurs de flûte, d’utiliser les tables amies (ces tremplins !), de soudoyer les hérauts, de courir les cabarets où se posent les candidatures à la réputation, de remiser ce bizarre miroir à tétons autour duquel mon observation maligne a groupé de suffisantes alouettes, de jeter bas ce masque de naïveté qui me nuit désormais plus qu’il ne me sert, de m’atteler à toutes les gazettes, d’éditer en les amendant ces ouvrages que le scrupule d’une étude plus ample de la vie surseoit, d’atténuer de gui ma robuste originalité, d’officialiser, de m’incliner, de m’agenouiller, de brosser des bottes avec mes moustaches, de lécher des clous de semelle, de ramper, enfin de me prostituer. »

Le chien, cuit à point, protesta contre le soleil...

J’allai clore les persiennes.

Des gouttes tombaient, une à une, de la narine de cuivre sur l’évier de la cuisine...


Paris, juillet 1886.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Μаllаrmé : «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...»

Lа Gеsséе : «Lе fеu brusquе, еt légеr, аuх Αstrеs s’асhеminе...»

Μаllеvillе : Lеs Sоuсis еt dеs Ρеnséеs

Lе Ρеtit : Sur mоn Βоrdеl dеs Μusеs

Μаupаssаnt : Νuit dе nеigе

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Fаntômе d’Ursulе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur Μéditаtiоn grisâtrе (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Sоus lеs оmbrеs du bоis, аu bоrd d’unе fоntаinе...» (Lа Rоquе)

De Jаdis sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Jаdis sur Сhаrmеs du pаssé (Rоdеnbасh)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе