Saint-Amant

Œuvres, 1929


Le Melon


              Quelle odeur sens-je en cette chambre ?
              Quel doux parfum de musc et d’ambre
              Me vient le cerveau réjouir
              Et tout le cœur épanouir ?
              Ha ! bon Dieu ! j’en tombe en extase :
              Ces belles fleurs qui dans ce vase
              Parent le haut de ce buffet
              Feraient-elles bien cet effet ?
              A-t-on brûlé de la pastille ?
              N’est-ce point ce vin qui pétille
              Dans le cristal, que l’art humain
              A fait pour couronner la main,
              Et d’où sort, quand on en veut boire,
              Un air de framboise à la gloire
              Du bon terroir qui l’a porté
              Pour notre éternelle santé ?
              Non, ce n’est rien d’entre ces choses,
              Mon penser, que tu me proposes.
              Qu’est-ce donc ? Je l’ai découvert
              Dans ce panier rempli de vert :
              C’est un Melon, où la nature,
              Par une admirable structure,
              A voulu graver à l’entour
              Mille plaisants chiffres d’amour,
              Pour claire marque à tout le monde
              Que d’une amitié sans seconde
              Elle chérit ce doux manger,
              Et que, d’un souci ménager,
              Travaillant aux biens de la terre,
              Dans ce beau fruit seul elle enserre
              Toutes les aimables vertus
              Dont les autres sont revêtus.
 
              Baillez-le moi, je vous en prie,
              Que j’en commette idolâtrie :
              Ô ! quelle odeur ! qu’il est pesant !
              Et qu’il me charme en le baisant !
              Page, un couteau, que je l’entame ;
              Mais qu’auparavant on réclame,
              Par des soins au devoir instruits,
              Pomone, qui préside aux fruits,
              Afin qu’au goût il se rencontre
              Aussi bon qu’il a belle montre,
              Et qu’on ne trouve point en lui
              Le défaut des gens d’aujourdhui.
 
              Notre prière est exaucée,
              Elle a reconnu ma pensée :
              C’en est fait, le voilà coupé,
              Et mon espoir n’est point trompé.
              Ô dieux ! que l’éclat qu’il me lance
              M’en confirme bien l’excellence !
              Qui vit jamais un si beau teint !
              D’un jaune sanguin il se peint ;
              Il est massif jusques au centre,
              Il a peu de grains dans le ventre,
              Et ce peu-là, je pense encor
              Que ce soient autant de grains d’or ;
              Il est sec, son écorce est mince ;
              Bref, c’est un vrai manger de prince ;
              Mais, bien que je ne le sois pas,
              J’en ferais pourtant un repas.
 
              Ha ! soutenez-moi, je me pâme !
              Ce morceau me chatouille l’âme.
              Il rend une douce liqueur
              Qui me va confire le cœur ;
              Mon appétit se rassasie
              De pure et nouvelle ambroisie,
              Et mes sens, par le goût séduits,
              Au nombre d’un sont tous réduits.
 
              Non, le coco, fruit délectable,
              Qui lui tout seul fournit la table
              De tous les mets que le désir
              Puisse imaginer et choisir,
              Ni les baisers d’une maîtresse,
              Quand elle-même nous caresse,
              Ni ce qu’on tire des roseaux
              Que Crête nourrit dans ses eaux,
              Ni le cher abricot, que j’aime,
              Ni la fraise avecque la crème,
              Ni la manne qui vient du ciel,
              Ni le pur aliment du miel,
              Ni la poire de Tours sacrée,
              Ni la verte figue sucrée,
              Ni la prune au jus délicat,
              Ni même le raisin muscat
              (Parole pour moi bien étrange),
              Ne sont qu’amertume et que fange
              Au prix de ce Melon divin,
              Honneur du climat angevin.
              Que dis-je d’Anjou ? Je m’abuse :
              C’est un fruit du cru de ma Muse,
              Un fruit en Parnasse élevé,
              De l’eau d’Hippocrène abreuvé,
              Mont qui, pour les dieux seuls, rapporte
              D’excellents fruits de cette sorte,
              Pour être proche du soleil
              D’où leur vient leur goût non pareil :
              Car il ne serait pas croyable
              Qu’un lieu commun, quoique agréable,
              Eût pu produire ainsi pour nous
              Rien de si bon ni de si doux.
 
              Ô  vive source de lumière !
              Toi dont la route coutumière
              Illumine tout l’univers,
              Phoebus, dieu des fruits et des vers,
              Qui tout vois et qui tout embrasses,
              Ici je te rends humbles grâces,
              D’un cœur d’ingratitude exempt,
              De nous avoir fait ce présent.
 
[...]
 
Ô manger précieux ! délices de la bouche !
Ô doux reptile herbu, rampant sur une couche !
Ô beaucoup mieux que l’or, chef d’œuvre d’Apollon !
Ô fleur de tous les fruits ! Ô ravissant Melon !
Les hommes de la cour seront gens de parole,
Les bordels de Rouen seront francs de vérole,
Sans vermine et sans gale on verra les pédants,
Les preneurs de pétun auront de belles dents,
Les femmes des badauds ne seront plus coquettes,
Les corps pleins de santé se plairont aux cliquettes,
Les amoureux transis ne seront plus jaloux,
Les paisibles bourgeois hanteront les filous,
Les meilleurs cabarets deviendront solitaires,
Les chantres du Pont-Neuf diront de hauts mystères,
Les pauvres Quinze-Vingts vaudront trois cents argus,
Les esprits doux du temps paraîtront fort aigus,
Maillet fera des vers aussi bien que Malherbe,
Je haïrai Faret, qui se rendra superbe,
Pour amasser des biens avare je serai,
Pour devenir plus grand mon cœur j’abaisserai,
Bref, Ô Melon sucrin, pour t’accabler de gloire,
Des faveurs de Margot je perdrai la mémoire
Avant que je t’oublie et que ton goût charmant
Soit biffé des cahiers du bon gros Saint-Amant.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Τоulеt : «Νоus bûmеs tоut lе јоur...»

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Βаllаdе dе lа ruinе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Sur lа mоrt d’unе Dаmе (Sсudérу)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz