Saint-Amant

Œuvres, 1929


Le Soleil levant


 
Jeune déesse au teint vermeil,
      Que l’Orient révère,
Aurore, fille du Soleil,
      Qui nais devant ton père,
Viens soudain me rendre le jour,
Pour voir l’objet de mon amour.
 
Certes, la nuit a trop duré ;
      Déjà les coqs t’appellent :
Remonte sur ton char doré,
      Que les Heures attellent,
Et viens montrer à tous les yeux
De quel émail tu peins les cieux.
 
Mouille promptement les guérets
      D’une fraîche rosée,
Afin que la soif de Cérès
      En puisse être apaisée,
Et fais qu’on voie en cent façons
Pendre tes perles aux buissons.
 
Ha ! je te vois, douce clarté,
      Tu sois la bien venue :
Je te vois, céleste beauté,
      Paraître sur la nue,
Et ton étoile en arrivant
Blanchit les coteaux du levant.
 
Le silence et le morne roi
      Des visions funèbres
Prennent la fuite devant toi
      Avecque les ténèbres,
Et les hiboux qu’on oit gémir
S’en vont chercher place à dormir.
 
Mais, au contraire, les oiseaux
      Qui charment les oreilles
Accordent au doux bruit des eaux
      Leurs gorges non pareilles
Célébrant les divins appas
Du grand astre qui suit tes pas.
 
La Lune, qui le voit venir,
      En est toute confuse ;
Sa lueur, prête à se ternir,
      À nos yeux se refuse,
Et son visage, à cet abord,
Sent comme une espèce de mort.
 
Le chevreuil solitaire et doux,
      Voyant sa clarté pure
Briller sur les feuilles des houx
      Et dorer leur verdure,
Sans nulle crainte de veneur,
Tâche à lui faire quelque honneur
 
Le cygne, joyeux de revoir
      Sa renaissante flamme,
De qui tout semble recevoir
      Chaque jour nouvelle âme,
Voudrait, pour chanter ce plaisir,
Que la Parque le vînt saisir.
 
Le saumon, dont au renouveau,
      Thétis est dépourvue.
Nage doucement à fleur d’eau
      Pour jouir de sa vue,
Et montre au pêcheur indigent,
Ses riches écailles d’argent.
 
L’abeille, pour boire des pleurs,
      Sort de sa ruche aimée,
Et va sucer l’âme des fleurs
      Dont la plaine est semée ;
Puis de cet aliment du ciel
Elle fait la cire et le miel.
 
Le gentil papillon la suit
      D’une aile trémoussante,
Et, voyant le soleil qui luit,
      Vole de plante en plante,
Pour les avertir que le jour
En ce climat est de retour.
 
Là, dans nos jardins embellis
      De mainte rare chose,
Il porte de la part du lys
      Un baiser à la rose,
Et semble, en messager discret,
Lui dire un amoureux secret.
 
Au même temps, il semble à voir
      Qu’en éveillant ses charmes,
Cette belle lui fait savoir,
      Le teint baigné de larmes,
Quel ennui la va consumant
D’être si loin de son amant.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Τоulеt : «Νоus bûmеs tоut lе јоur...»

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Βаllаdе dе lа ruinе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Sur lа mоrt d’unе Dаmе (Sсudérу)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz