Saint-Amant

Œuvres, 1929


Le Soleil levant


 
Jeune déesse au teint vermeil,
      Que l’Orient révère,
Aurore, fille du Soleil,
      Qui nais devant ton père,
Viens soudain me rendre le jour,
Pour voir l’objet de mon amour.
 
Certes, la nuit a trop duré ;
      Déjà les coqs t’appellent :
Remonte sur ton char doré,
      Que les Heures attellent,
Et viens montrer à tous les yeux
De quel émail tu peins les cieux.
 
Mouille promptement les guérets
      D’une fraîche rosée,
Afin que la soif de Cérès
      En puisse être apaisée,
Et fais qu’on voie en cent façons
Pendre tes perles aux buissons.
 
Ha ! je te vois, douce clarté,
      Tu sois la bien venue :
Je te vois, céleste beauté,
      Paraître sur la nue,
Et ton étoile en arrivant
Blanchit les coteaux du levant.
 
Le silence et le morne roi
      Des visions funèbres
Prennent la fuite devant toi
      Avecque les ténèbres,
Et les hiboux qu’on oit gémir
S’en vont chercher place à dormir.
 
Mais, au contraire, les oiseaux
      Qui charment les oreilles
Accordent au doux bruit des eaux
      Leurs gorges non pareilles
Célébrant les divins appas
Du grand astre qui suit tes pas.
 
La Lune, qui le voit venir,
      En est toute confuse ;
Sa lueur, prête à se ternir,
      À nos yeux se refuse,
Et son visage, à cet abord,
Sent comme une espèce de mort.
 
Le chevreuil solitaire et doux,
      Voyant sa clarté pure
Briller sur les feuilles des houx
      Et dorer leur verdure,
Sans nulle crainte de veneur,
Tâche à lui faire quelque honneur
 
Le cygne, joyeux de revoir
      Sa renaissante flamme,
De qui tout semble recevoir
      Chaque jour nouvelle âme,
Voudrait, pour chanter ce plaisir,
Que la Parque le vînt saisir.
 
Le saumon, dont au renouveau,
      Thétis est dépourvue.
Nage doucement à fleur d’eau
      Pour jouir de sa vue,
Et montre au pêcheur indigent,
Ses riches écailles d’argent.
 
L’abeille, pour boire des pleurs,
      Sort de sa ruche aimée,
Et va sucer l’âme des fleurs
      Dont la plaine est semée ;
Puis de cet aliment du ciel
Elle fait la cire et le miel.
 
Le gentil papillon la suit
      D’une aile trémoussante,
Et, voyant le soleil qui luit,
      Vole de plante en plante,
Pour les avertir que le jour
En ce climat est de retour.
 
Là, dans nos jardins embellis
      De mainte rare chose,
Il porte de la part du lys
      Un baiser à la rose,
Et semble, en messager discret,
Lui dire un amoureux secret.
 
Au même temps, il semble à voir
      Qu’en éveillant ses charmes,
Cette belle lui fait savoir,
      Le teint baigné de larmes,
Quel ennui la va consumant
D’être si loin de son amant.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоir sur l’еаu (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «L’аmоur nоus fаit trеmblеr...» (Guérin)

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz