Sainte-Beuve



 
J’étais un arbre en fleur où chantait ma Jeunesse,
Jeunesse, oiseau charmant, mais trop vite envolé,
Et même, avant de fuir du bel arbre effeuillé,
Il avait tant chanté qu’il se plaignait sans cesse.
 
Mais sa plainte était douce, et telle en sa tristesse
Qu’à défaut de témoins et de groupe assemblé,
Le buisson attentif avec l’écho troublé
Et le cœur du vieux chêne en pleuraient de tendresse.
 
Tout se tait, tout est mort ! L’arbre, veuf de chansons,
Étend ses rameaux nus sous les mornes saisons ;
Quelque craquement sourd s’entend par intervalle ;
 
Debout il se dévore, il se ride, il attend,
Jusqu’à l’heure où viendra la Corneille fatale
Pour le suprême hiver chanter le dernier chant.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 août 2019 à 11h53

Le jardin sans la croix
--------------

La dame et le seigneur en leur prime jeunesse
Ont vu les fleurs s’ouvrir et les anges voler ;
Bercés par les chansons des oiseaux bariolés,
Ils aimaient ce jardin qu’ils admiraient sans cesse.

Mais au bout de sept jours, le prince et la princesse,
Ces deux enfants de Dieu, de gloire auréolés,
Parlèrent au serpent qui les sut enjôler ;
Or, bien cher fut payé ce moment de faiblesse.

Ce ne fut plus le temps d’entendre des chansons,
Mais ce fut le début des pleurs et des frissons :
Ils me l’ont raconté, le prêtre et la vestale.

Comment se délivrer de ce mauvais penchant
Qui nous fit déraper sur la pente fatale ?
C’est ce que je ne peux vous dire dans ce chant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 16 mars 2020 à 12h08

Arbre des muses
------------

Cet arbre tutélaire, ami de la jeunesse,
Se souvient mieux que nous de nos jours envolés ;
Il dansa dans le vent sans jamais s’affoler,
Un léger chant d’oiseau l’accompagne sans cesse.

Lui qui ne rencontra ni prince ni princesse,
Il connut des bergers d’amour auréolés ;
Cupidon les avait bellement enjôlés,
Mais l’arbre, pour sa part, n’eut jamais de maîtresse.

Aucun barde jamais n’en fit une chanson,
Pas plus qu’on n’a chanté ses voisins les buissons .
Mais une muse habite en sa forêt natale.

Quand il sera, plus tard,  un vieil arbre penchant,
Il ira sans frémir vers une issue fatale,
Mourant sans regretter les muses ni les chants.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 mars 2022 à 12h30

Arbre et serpent
----------

Celle qui par le fruit fut faite pécheresse,
Quels mots de Gabriel pourront la consoler ?
Ils sont partis au loin, primates affolés,
Le noir serpent s’en moque et j’y songe sans cesse.

Parmi leurs descendants, des princes, des princesses,
Des poètes subtils, de gloire auréolés,
Mais d’autres souffriront, perdus, déboussolés ;
Pourront-ils transcender leur humaine bassesse ?

Hommes, n’écoutez point cette triste chanson,
Savourez donc plutôt les rires des buissons ;
Cultivez sagement votre terre natale.

Je ne suis, après tout, qu’un vieil arbre pensant ;
J"ai vécu trop longtemps, j’attends l’issue fatale,
Seul en ce grand jardin qui n’est plus très passant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 février 2024 à 12h01

Floraison précoce
-----------------

Au jardin règne l’’allégresse,
L’hiver semble s’être envolé ;
L’oiseau veut son nid bricoler,
De s’activer il n’a de cesse.

Une fleur s’habille en princesse,
Un insecte en est affolé ;
Les lombrics sont déboussolés,
Eux qui s’agitent et s’empressent.

Ce soleil n’est point de saison,
Ce réveil a lieu sans raison ;
Ainsi réfléchit un pétale.

Calme-toi, pétale pensant,
Lui répondit une vestale ;
De cela tu es innocent.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Gаutiеr : Quеstiоns

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si с’еst dеssus lеs еаuх quе lа tеrrе еst prеsséе...» (Spоndе)

De Сосhоnfuсius sur «Μа Dаmе, је mе mеurs аbаndоnné d’еspоir...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sur un mаi (Ρаssеrаt)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе