Sainte-Beuve

Les Consolations, 1931



 
L’autre nuit, je veillais dans mon lit sans lumière,
Et la verve en mon sein à flots silencieux
S’amassait, quand soudain, frappant du pied les cieux,
L’éclair, comme un coursier à la pâle crinière,
 
Passa ; la foudre en char retentissait derrière,
Et la terre tremblait sous les divins essieux ;
Et tous les animaux, d’effroi religieux
Saisis, restaient chacun tapis dans leur tanière.
 
Mais moi, mon âme en feu s’allumait à l’éclair ;
Tout mon sein bouillonnait, et chaque coup dans l’air
À mon front trop chargé déchirait un nuage.
 
J’étais dans ce concert un sublime instrument ;
Homme, je me sentais plus grand qu’un élément,
Et Dieu parlait en moi plus haut que dans l’orage.
 

Août 1929.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 15 juillet 2016 à 16h38

Aigle-lion
----------

L’aigle-lion, m’a-t-on dit, se nourrit de lumière ;
Durant tout son repas, il est silencieux,
Savourant le délice octroyé par les cieux,
S’efforçant de ne pas y tremper sa crinière.

Nous pouvons l’admirer, assis sur son derrière ;
Ses deux visages sont d’un aspect radieux,
À les voir, j’en deviens presque religieux,
Puis, je vois l’aigle-lion rentrer dans sa tanière.

Mais au goûter, parfois, il dévore un éclair,
Draguant les pâtissiers, sans trop en avoir l’air,
Proposant un séjour sur un coin de nuage.

Si j’étais musicien, j’aurais un instrument
Pour chanter à loisir ce roi des éléments,
Ce maître des photons, ce seigneur de l’orage.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 21 septembre 2020 à 12h42

Aquila sociabilis
----------

Il aime bavarder, ce chercheur de lumière,
Un peu moins, maintenant qu’il est devenu vieux ;
Car c’est avec lenteur qu’il traverse les cieux,
Mais ce n’est pas demain qu’il sera mis en bière.

Jamais à nul Abel il n’a jeté la pierre,
Lui qui ne maudira ni les gens ni les lieux ;
Tous les petits travers trouvent grâce à ses yeux,
Même ceux des blaireaux dans leurs sombres tanières.

Son coeur n’est plus brûlant, ni vif comme l’éclair,
Mais il ne faiblit point quand il va prendre l’air,
Lui qui ne sera plus amoureux des nuages.

Cet aigle paresseux n’écrit pas de romans,
Sa plume préférant rimer brièvement ;
Il se souvient de tout, même des jours d’orage.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 janvier 2022 à 13h24

Harpe d’inframonde
----------

Les mains du musicien dans la faible lumière
Manquent de fermeté, car il est vraiment vieux ;
Mais il joue presque mieux que les anges des cieux,
Lui qui ne chanta rien quand on le mit en bière.

Il reçut sans broncher le verdict de Saint Pierre,
Cet endroit lui convient autant que l’autre lieu ;
Les démons sont aussi créatures de Dieu,
Même s’ils ont parfois de mauvaises manières.

Il chante doucement, la harpe sonne clair,
C’est un doux refrain dont Satan fredonne l’air ;
La lente mélodie semble calmer sa rage.

Ce vieux sonneur n’est pas un héros de roman,
J’en parle en ce sonnet, mais très brièvement,
Pour donner sur sa vie un modeste éclairage.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Ô si сhèrе dе lоin еt prосhе еt blаnсhе, si...»

Сеndrаrs : Éсrirе

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : Dе l’аmоur du Sièсlе Αntiquе

Соrbièrе : Un riсhе еn Βrеtаgnе

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Βûсhеrs (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οffiсе du sоir (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе