Albert Samain

Au jardin de l’infante, 1893


Dilection


 
J’adore l’indécis, les sons, les couleurs frêles,
Tout ce qui tremble, ondule, et frissonne, et chatoie :
Les cheveux et les yeux, l’eau, les feuilles, la soie,
Et la spiritualité des formes grêles ;
 
Les rimes se frôlant comme des tourterelles,
La fumée où le songe en spirales tournoie,
La chambre au crépuscule, où Son profil se noie,
Et la caresse de Ses mains surnaturelles ;
 
L’heure de ciel au long des lèvres câlinée,
L’âme comme d’un poids de délice inclinée,
L’âme qui meurt ainsi qu’une rose fanée,
 
Et tel cœur d’ombre chaste, embaumé de mystère,
Où veille, comme le rubis d’un lampadaire,
Nuit et jour, un amour mystique et solitaire.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 21 décembre 2021 à 15h54


Méditation
--------------

Dans la clairière, on voit, songeur parmi les prêles,
Pierrot pincer son luth, qu’un éventail côtoie.
Sur la mousse, à mon tour, permets que je m’assoie
Écoutons tous les deux crier la pipistrelle. (1)

Il fait sombre à présent, range donc ton ombrelle ;
Le ciel est triste et beau, où l’animal tournoie.
Dans la mare aux yeux d’or, Alionouchka se noie, (2)
Regrettable aventure et scène intemporelle.

Les robes d’organdi sont fort bien dessinées ;
La lune baigne la campagne hallucinée (3)
Où flâne Colombine et autres dulcinées.
 
Assez tergiversé, embarquons pour Cythère,
Avec ce Watteau, que tant d’universitaires,
Dans leurs doctes écrits, pédantement citèrent. (4)


(1) La pipistrelle émet sur une fréquence comprise entre 36 et 58 kHz environ selon les espèces (source Wikipédia).

(2) Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Alionouchka_et_Ivanouchka

(3) Salut, Émile.

(4) Tercet supplémentaire offert gracieusement à nos fidèles lecteurs :

Le folâtre blaireau discrètement s’y terre ;
Sur ses rivages l’ombre encore du Scythe erre :
On y vient pour aimer, méditer et s’y taire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 mai 2022 à 12h33

Plume à prose et plume à rimes
-------------

Sur le bureau du scribe on voit deux plumes frêles,
Toutes deux pour noter les peines et les joies ;
Sur le lisse papier, plus doux que de la soie,
L’une et l’autre, à loisir, tracent des lettres grêles.

La première a le vers pour langue naturelle,
Par elle bellement les rimes se déploient ;
Pour la prose exprimer, la seconde on emploie,
Atteignant des sommets de clarté structurelle.

Notre scribe apprécie leurs vertus combinées,
Au long du jour en est son âme illuminée ;
Souvent le résultat plaît a sa dulcinée.

Elle y trouve parfois d’insoupçonnés mystères,
Une trace laissée par un penseur austère,
Un mot qui fit marrer les gens d’un phalanstère.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

Gаutiеr : Lе Βаnс dе piеrrе

Sigоgnе : «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...»

Sigоgnе : «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...»

Rоnsаrd : «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...»

Μаrоt : «Jоuissаnсе vоus dоnnеrаi...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : «Νе sаis соmbiеn lа hаinе еst durе...»

Viviеn : Ρоèmе d’аmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De Сосhоnfuсius sur Ιntériеur : «Lе piаnо-mаnivеllе...» (Саrсо)

De Сосhоnfuсius sur Ιphigéniе (Fоurеst)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе