Albert Samain

Le Chariot d’or, 1901


Ilda


 
Pâle comme un matin de septembre en Norvège,
Elle avait la douceur magnétique du Nord ;
Tout s’apaisait près d’elle en un tacite accord,
Comme le bruit des pas s’étouffe dans la neige.
 
Son visage, par un étrange sortilège,
Avait pris dès l’enfance et gardait sans efforts
Un peu de la beauté sublime qu’ont les morts ;
Et le rire semblait près d’elle sacrilège.
 
Triste avec passion, sur l’eau de ses grands yeux
Le songe errait comme un rameur silencieux.
Tout ce qui la touchait s’imprégnait d’un mystère.
 
Et si douce, enroulant ses boucles à ses doigts,
Avec une pudeur farouche de sa voix,
Elle vivait pour la volupté de se taire.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 23 mai 2015 à 12h04

Aigle-Bouddha
------------------

Cet oiseau de l’éveil renonce aux privilèges,
Dirige, en méditant, ses regards vers le Nord,
Et avec l’univers se met en plein accord,
Comme avec les coteaux s’harmonise la neige.

Il ne prononce pas les mots des sortilèges ;
Allant d’un point à l’autre, il plane sans effort,
Se tenant loin, toujours, des vivants et des morts.
Il ne chante jamais de chanson sacrilège.

La beauté du cosmos embellit ses doux yeux ;
Le calme, autour de lui, s’établit en tous lieux,
Un calme rehaussé d’un soupçon de mystère.

Son vaste esprit est noble, et pur, comme il se doit ;
Je l’entends accomplir un travail sur sa voix :
L’exercice fameux qui consiste à se taire.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Grеniеrs (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Dе sоins mоrdаnts еt dе sоuсis divеrs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Quоi ? qu’еst-се quе сесi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Jаdis sur «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...» (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе