Paul Scarron


Chanson à manger


 
    Quand j’ai bien faim et que je mange
    Et que j’ai bien de quoi choisir,
    Je ressens autant de plaisir
    Qu’en grattant ce qui me démange.
    Cher Ami, tu m’y fait songer :
    Chacun fait des Chansons à boire,
Et moi, qui n’ai plus rien de bon que la mâchoire,
    Je n’en veux faire qu’à manger.
 
    Quand on se gorge d’un potage
    Succulent comme un consommé,
    Si notre corps en est charmé,
    Notre âme l’est bien davantage.
    Aussi Satan, le faux glouton,
    Pour tromper la femme première,
N’alla pas lui montrer du vin ou de la bière,
    Mais de quoi branler le menton.
 
    Quatre fois l’homme de courage
    En un jour peut manger son saoul ;
    Le trop boire peut faire un fou
    De la personne la plus sage.
    A-t-on vidé mille tonneaux,
    On n’a bu que la même chose,
Au lieu qu’en un repas on peut doubler la dose
    De mille différents morceaux.
 
    Quel plaisir lors qu’avec furie,
    Apres la bisque et le rôti,
    D’un entremets bien assorti
    Vient réveiller la mangerie !
    Quand on dévore un bon melon
    Trouve-t-on liqueur qui le vaille ?
Ô cher Ami Potel ! je suis pour la mangeaille :
    Il n’est rien tel qu’être glouton.



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 16 janvier 2013 à 17h12

Si le ciel de nectar abaissait sa hauteur,
Je voudrais en franchir les portes éternelles
Et manger sur la table où de bons serviteurs
Apportent la pitance avec le plus grand zèle.

Vers le divin pinard ils tournent tous leurs yeux
Le brouillard de l’ivresse emplit leurs douces âmes
Ciel de nectar, alors, tu deviens plusieurs cieux !
Le marcassin sera consumé dans ta flamme.

Ils pensent au jambon, au lard, au cervelas,
Et puis bien sûr à la saucisse de Toulouse,
On dit qu’aucun d’entre eux jamais ne se brûla
Les yeux à la beauté d’amante ou bien d’épouse.

Jamais ils n’ont régi le monde à coups de poings,
Jamais ils n’ont brisé clôture ni muraille,
Tué dessous le ciel de nectar, ils n’ont point.
Rien n’est plus innocent que leurs braves entrailles.

L’hérésiarque lui-même, implacable et jaloux,
Tout rempli d’arrogance en ses haillons de bure,
Sous l’effet du pinard qu’il écluse à genoux,
Adopte une attitude un peu moins triste et dure.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Fiеz-vоus-у...»

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rishi (Μénаrd)

De Jаdis sur «Lе Μаriniеr qui plus аgité n’еrrе...» (Lа Gеsséе)

De Сосhоnfuсius sur «À bеаuсоup dе dаngеr еst suјеttе lа flеur...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Frégаtе Lа Sériеusе (Vignу)

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе