Paul Scarron


Chanson à manger


 
    Quand j’ai bien faim et que je mange
    Et que j’ai bien de quoi choisir,
    Je ressens autant de plaisir
    Qu’en grattant ce qui me démange.
    Cher Ami, tu m’y fait songer :
    Chacun fait des Chansons à boire,
Et moi, qui n’ai plus rien de bon que la mâchoire,
    Je n’en veux faire qu’à manger.
 
    Quand on se gorge d’un potage
    Succulent comme un consommé,
    Si notre corps en est charmé,
    Notre âme l’est bien davantage.
    Aussi Satan, le faux glouton,
    Pour tromper la femme première,
N’alla pas lui montrer du vin ou de la bière,
    Mais de quoi branler le menton.
 
    Quatre fois l’homme de courage
    En un jour peut manger son saoul ;
    Le trop boire peut faire un fou
    De la personne la plus sage.
    A-t-on vidé mille tonneaux,
    On n’a bu que la même chose,
Au lieu qu’en un repas on peut doubler la dose
    De mille différents morceaux.
 
    Quel plaisir lors qu’avec furie,
    Apres la bisque et le rôti,
    D’un entremets bien assorti
    Vient réveiller la mangerie !
    Quand on dévore un bon melon
    Trouve-t-on liqueur qui le vaille ?
Ô cher Ami Potel ! je suis pour la mangeaille :
    Il n’est rien tel qu’être glouton.



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 16 janvier 2013 à 17h12

Si le ciel de nectar abaissait sa hauteur,
Je voudrais en franchir les portes éternelles
Et manger sur la table où de bons serviteurs
Apportent la pitance avec le plus grand zèle.

Vers le divin pinard ils tournent tous leurs yeux
Le brouillard de l’ivresse emplit leurs douces âmes
Ciel de nectar, alors, tu deviens plusieurs cieux !
Le marcassin sera consumé dans ta flamme.

Ils pensent au jambon, au lard, au cervelas,
Et puis bien sûr à la saucisse de Toulouse,
On dit qu’aucun d’entre eux jamais ne se brûla
Les yeux à la beauté d’amante ou bien d’épouse.

Jamais ils n’ont régi le monde à coups de poings,
Jamais ils n’ont brisé clôture ni muraille,
Tué dessous le ciel de nectar, ils n’ont point.
Rien n’est plus innocent que leurs braves entrailles.

L’hérésiarque lui-même, implacable et jaloux,
Tout rempli d’arrogance en ses haillons de bure,
Sous l’effet du pinard qu’il écluse à genoux,
Adopte une attitude un peu moins triste et dure.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Li-tаï-pé

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «À quоi bоn tе сhеrсhеr, glоirе, viеillе étiquеttе !...»

Βirаguе : «Grоttеs, Саvеrnеs, Ρrés, Τеrtrеs, Fоrêts, Rivаgеs...»

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Épitаphе dе mаdеmоisеllе dе Соntу, Μаriе dе Βоurbоn (Μаlhеrbе)

De Сосhоnfuсius sur Sur lеs аrbrеs еt lеs plаntеs (Drеlinсоurt)

De Jаdis sur Μа sоuffrаnсе (Dеubеl)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur Sаlut (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Сосhоnfuсius sur Μédаillе (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе