Georges de Scudéry


Sur la mort d’une Dame


 
Quoi, les Dieux meurent donc ! Et tant de rares choses
N’ont pu sauver Procris de l’effroi du Tombeau !
Sa noirceur éteignant ce lumineux flambeau,
Nous en voyons l’effet, sans en savoir les causes.
 
Lugubres changements, tristes métamorphoses,
Que nous avait prédit un funeste Corbeau ;
Tout l’univers en deuil perd ce qu’il a de beau
Et ces divins attraits ont le destin des Roses.
 
Cette pâle Beauté nous afflige et nous plaît ;
Elle enchante les yeux, toute morte qu’elle est,
Et de sa belle Cendre, il sort encor des flammes :
 
Nous en voyons l’éclat, nous en sentons l’effort ;
Et l’on peut voir ensemble, en ce charme des Âmes,
Les Parques et l’Amour, les Grâces et la Mort.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 29 mai 2015 à 13h30

Plumes de sable
----------------

Mille sombres oiseaux portent le deuil des choses.
Tous ces plumages noirs sur le blanc des tombeaux,
De la splendeur du jour ternissant le flambeau,
Cela semble illustrer une obscure psychose.

Par moments, l’un d’entre eux fait sa métamorphose :
Il perd totalement son aspect de corbeau
Pour devenir un autre, un oiseau pas très beau,
Aigle-Taureau de sable, avec des pattes roses.

Il redevient corbeau, juste après, sans effort,
Reprenant sa faction dans le jardin des morts,
Son oeil noir animé d’une rieuse flamme.

Noir corbeau, pourquoi pas ? Tu fais ce qu’il te plaît ;
Avec ou sans tes jeux, le monde est ce qu’il est,
Il ne nous convient pas de tourmenter nos âmes.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 août 2019 à 11h27

Ambiveau d’azur
---------------------

Il a deux opinions sur la plupart des choses,
Que ce soit un trésor, que ce soit un tombeau ;
Car son intelligence est un double flambeau,
Mais nous ne savons pas si c’est une psychose.

Même, en ambicanard il se métamorphose,
Puis en ambirenard, puis en ambicorbeau ;
Sous ces aspects divers, il est toujours très beau,
Surtout l’ambicochon, avec ses pattes roses.

Or, c’est un sybarite, ennemi de l’effort,
Un animal paisible et content de son sort,
Même si ses deux coeurs n’ont qu’une tiède flamme.

Tel que je l’ai décrit, cet ambiveau me plaît,
D’ailleurs tout un chacun l’aime pour ce qu’il est ;
Le curé du village a béni ses deux âmes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе