Anaïs Ségalas

(1819-1895)

Un autrе pоèmе :

Lеs Μоrts

 

 

Anaïs Ségalas

Enfantines, 1845


Bertile


 
Voici que ma maison est vivante et folâtre,
              Et que Dieu l’aperçoit ;
L’oiseau du paradis, le bonheur, vient s’abattre
              Et chanter sur mon toit.
Hier, dans mon jardin, une fleur est éclose
              Sur le plus frais rosier ;
Hier un bel enfant, autre céleste rose,
              Est né dans mon foyer.
 
Bonjour, petit enfant, petit roseau qui penches,
              Bonjour, mon diamant ;
Dis, ma Bertile, dis, colombe aux plumes blanches,
              Qui viens du firmament,
Quels dons as-tu reçus de Jésus, de sa mère,
              De l’ange Gabriel,
Qui t’ouvrirent en pleurs, pour t’envoyer sur terre,
              Les portes d’or du ciel ?
 
Gabriel t’a donné ce qui fait son essence,
              L’angélique douceur ;
Puis, sans doute, il a mis sa robe d’innocence
              À sa petite sœur,
Sa couronne de lys, belle entre les plus belles.
              Oui, pour lui ressembler,
Prends sa robe de lin ; mais ne prends pas ses ailes,
              Tu pourrais t’envoler !
 
Jésus t’a dit : « À toi la piété, mon ange,
              Oh ! sur terre, aime-moi !
Car je fus un enfant tout chétif dans son lange,
              Fragile comme toi.
Aussi, toujours je veille et couvre de mon aile
              Tous les pauvres petits,
Et tous les nouveau-nés ont dans leur berceau frêle
              Les clefs du paradis.
 
« Oh ! tu n’auras pas, toi, ma crèche et mon empire !
              Nul mage ne viendra
T’apporter d’Orient l’or, l’encens et la myrrhe ;
              On ne te donnera
Que des baisers ; mais, va, l’or et la perle fine,
              Qui pourraient te peser,
Au front d’un nouveau-né ne vont pas, ma divine,
              Aussi bien qu’un baiser. »
 
Et la Vierge t’a dit : « Sois pure, sois limpide,
              Du front jusques au cœur.
Mais vois-tu, mon enfant, savoir qu’on est candide,
              C’est perdre sa candeur ;
Aussi tu seras pure, ô ma douce colombe,
              Sans t’en apercevoir :
Le lys de la vallée et la neige qui tombe
              Sont blancs sans le savoir. »
 
Si j’avais été là, dans le ciel de lumière
              D’où l’enfant descendit,
Moi, j’aurais fait un vœu profane, un vœu de mère ;
              Tout haut, j’aurais bien dit :
Vierge, vous êtes sainte, oh ! mettez-lui dans l’âme
              Candeur et pureté !
Mais j’aurais dit tout bas : Vierge, vous êtes femme,
              Donnez-lui la beauté !
 
Merci, vous m’exaucez, ma fille est déjà belle !
              Je l’admire et j’attends.
Tout germe, tout sourit, et tout est frais en elle
              Et couleur du printemps.
Bouche en fleur, peau de soie, à la teinte vermeille,
              Longs yeux noirs et jolis,
Tout est dans ce berceau : n’est-ce pas la corbeille
              Où fleurit mon beau lys !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Βruаnt : Grеlоttеuх

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Τhébаïdе (Μénаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Fuis lе јоur, dеmеurе сасhé...» (Μауnаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz