Louisa Siefert

Rayons perdus, 1868


Solitude


 
Vous qui me plaignez, ne me plaignez plus,
Vous qui m’enviez, n’ayez pas d’envie,
Mon destin est tel que je le voulus,
Et Dieu fit sans moi mon cœur et ma vie.
 
J’ai su découvrir la sérénité
Dans le triste fond des plus tristes choses,
Et me rapprocher de la vérité
Assez près pour voir l’effet et les causes.
 
Maintenant je vais, le front haut et fier,
Les deux bras croisés sur mon cœur qui saigne,
Sans plus redouter aujourdhui qu’hier
Les fatals secrets que la vie enseigne.
 
Vous qui me plaignez, vos plus grands plaisirs
N’ont pour moi qu’ennui, vide et lassitude ;
Vous qui m’enviez, vos plus chers désirs
Sont-ils tous bornés à la solitude ?
 

Septembre 18...

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 29 juin 2020 à 11h30

Altitude
----------

Mes bouffonneries ont quelquefois plu,
Et bien égayé la foule ravie ;
Mais si elles ont forgé mon salut,
Ma faim d’idéal reste inassouvie.

Le bouvier souvent peine à éviter
Ces layons grossiers que le siècle impose ;
La balance de la modernité
S’accommode mal d’étalons grandioses.

Est-il indécent pourtant d’être fier
De ces ors épars que chacun dédaigne
Avant que la flamme ardente d’hier,
Grelottante au vent brutal, ne s’éteigne ?

Allons, il est temps de se ressaisir ;
Entre la superbe et la servitude
Il va bien falloir désormais choisir :
Laissez-moi reprendre un peu d’altitude.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Βruаnt : Αllеluiа !

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «L’еspоir luit соmmе un brin dе pаillе dаns l’étаblе...» (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Révоltе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Jе vivаis mаis је mеurs, еt mоn сœur, gоuvеrnеur...» (Jоdеllе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Εsprit dе сеllе sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе