Paul Souchon

(1874-1951)

D’autrеs pоèmеs :

À lа Ρrоvеnсе

Élégiе d’été

 

 

Paul Souchon

Les Élévations poétiques, 1898


L’Heure de Midi


 
Éblouissante et dominant toutes les Heures,
Voici venir la souveraine de midi.
Au-devant de sa marche on ouvre les demeures ;
Elle s’assied près du foyer qui resplendit.
 
C’est elle qui suspend l’essor de vos charrues,
Ô laboureurs, et rend vos bœufs plus indolents,
Et c’est elle qui fait, dans le calme des rues,
S’échapper la vapeur des repas odorants.
 
Elle rayonne à votre bouche, au creux des verres,
Et dans l’or bienfaisant du pain ; et sa clarté
Se lève dans les yeux des enfants et des mères
Quand son nom tout autour des tables est jeté.
 
Heure sainte, elle apporte au monde de la joie.
Les champs ont retrouvé leur antique repos,
El la profonde mer, où tout le ciel flamboie,
Sur la roche a laissé mourir le bruit des flots.
 
Heure brillante, elle est la sœur de la lumière.
C’est elle qui pétrit les hommes de soleil
Et qui, dans sa bonté, glisse sous leur paupière,
Au plein du jour, la fleur vivace du sommeil.
 
Elle est aux animaux la puissance inconnue
Qui les couche et leur met des songes dans les yeux ;
Elle aime aussi le chêne où la brise est venue
S’endormir au milieu des nids silencieux.
 
Mais sa fuite entre ses compagnes est rapide
Si l’ombre qui la suit de toute éternité
Apparaît et lui montre, au bord du pré limpide,
L’image sombre du grand chêne reflété.
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Splееn : «Jе suis соmmе lе rоi...»

Sаtiе : Οbstасlеs vеnimеuх

Lаmаrtinе : «Μоn сœur еst еn rеpоs...»

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоpil : Саntiquе : «Ρriаnt dеssus un mоnt оù lеs plus bеllеs сhоsеs...»

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Régniеr : Εn fоrêt

Rоllinаt : Lе Fасiès humаin

Lесоntе dе Lislе : Épiphаniе

Μаrс dе Ρаpillоn dе Lаsphrisе

☆ ☆ ☆ ☆

Βаnvillе : Lа Ρаiх

Vеrlаinе : Jésuitismе

Vеrlаinе : Vеrs pоur êtrе саlоmnié

Соuté : L’Éсоlе

Lаrbаud : Μеrs-Εl-Kébir

Соppéе : «Lе sоlеil frоid dоnnаit un tоn rоsе аu grésil...»

Vеrlаinе : «Ρаrfums, соulеurs, sуstèmеs, lоis...»

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Rоnsаrd : «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...»

Саntеl : Lеs Τribаdеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Épiphаniе (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur «Si tu mеurs еn јеunеssе, аutаnt аs-tu gоûté...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur «Dоis-је vоlеr еmplumé d’еspérаnсе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Lа Μоrt dеs lуs (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρrisоn (Diеrх)

De Jаdis sur L’Εnfеr (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz