Marc Stéphane

(1870-1944)

D’autrеs pоèmеs :

Lе Lаrrоn d’аmоur

Un pеu d’аubе

 

 

Marc Stéphane

Savants devis et joyeux rythmes d’un buveur de soleil, 1894


Évocation

Des galères et des tartanes, le corsaire est descendu, noir de peau et l’âme sombre,

Et par le travers des ombres, yatagans et coutelas brandis dans des hurlements, il s’est élancé, farouche !

Cris, fureur et tremblement !

 

La ville est bientôt surprise, les hommes du guet égorgés, et par rues et par dédales, les sacripants croulent en torrent !

Cris, menaces et tremblement !

 

Portes closes ni ferrures ne résistent à ces démons !

Et jusqu’au fond des chambres mortes, où se tapissent pauvres hères et femmes en pleurs, les turbans terribles font irruption !

Cris, massacre et hurlements !

 

Les têtes volent, les gorges râlent, et les entrailles fumantes, comme de monstrueux vers, s’épandent et coulent au bord des couches !

Cris, massacre et hurlements !

 

Le carnage est rude, et l’acier s’ébrèche. Mais la surprise a foudroyé les courages les plus fermes. La curée devient trop facile, les bras se lassent et frappent mou.

Et tant de sang coule à bouillons des pierres des seuils jusqu’à la mer, que tous ces anges du massacre peuvent s’abreuver largement !

Cris, supplications et râles !

 

Les cervelles farandolent, car le sang est un vin d’enfer qui grise jusqu’à la folie, et les femmes sont violées, et les vieux avares tourmentés !

Cris, pillage et hurlements !

 

Puis l’Ogre Rouge achève l’œuvre, et les ruines s’amoncèlent !

Comme gorets, en leur couvent moines et moinillons sont grillés, et les nonnes sont éventrées, et le bailli est court branché !

Joie des mourants presque vengés !

 

Le butin est considérable, et les galères et les tartanes jusqu’aux sabords creusent le flot, sous le faix de tous les trésors, des perles, des marbres et de l’or, enlevés à de vieux grigous !

Querelles et couteaux tirés !

 

Mais le corsaire met le holà ! « Par l’alcoran, mes joyeux drilles, que nous importe ces fadaises ! Nous avons besogne plus douce ! »

Et l’on amène sur le pont, cent belles filles aux blancs tétons !

Vivats, baisers et pamoisons !

 


Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Jаdis sur «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz