Marc Stéphane

(1870-1944)

D’autrеs pоèmеs :

Évосаtiоn

Un pеu d’аubе

 

 

Marc Stéphane

Savants devis et joyeux rythmes d’un buveur de soleil, 1894


Le Larron d’amour

En le bois d’amour où chante la brise, sous un fourré d’alise aux ramures d’argent,

Sournois et tapis, et l’œil aux écoutes, au bord de la route, guette doucement le larron d’amour.

 

Les pins se balancent, dominant la plaine, d’étranges parfums,

L’agonie des fleurs ! hante le feuillage, et trouble les nids, et trouble les cœurs !...

Et la bruyère bleue a de grands frissons !

 

Ah ! pauvre fillette, qui s’en vient par là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

Le larron d’amour a vu la fillette, qui s’en vient, simplette, et de fleurs parée.

Il a, le mauvais, dessous sa moustache un malin sourire, et la bouche ardente, saluant très bas :

 

— Hé ! joli minois, de ce pas léger, jupe retroussée et mignons souliers, où donc allez-vous ?

— Je m’en vais, monsieur, suivant le chemin, sous le bois joli écouter les nids, écouter mon cœur !

 

— Mais pourquoi, m’amie, de si grands soupirs, et ces yeux noyés de vague langueur !

— C’est parce que mon cœur est dans l’inquiétude !

— Un vilain chagrin ?...

— Depuis ce matin, il est plein de choses tendres et confuses, il voudrait s’ouvrir, et l’essor lui manque, et ces grands soupirs... ce sont des baisers qui voudraient aller...

— Où ?

— Je ne sais... Ah ! je suis bien seule !...

— Bon, nous serons deux !

 

Le larron d’amour l’a prise à la taille, d’un geste si doux, qu’elle fait la moue :

— Quoi donc ?

— Hé, monsieur, dit-elle, vous vous permettez des choses... qui sont un peu bien osées...

 

Mais l’étreinte soudain devient plus farouche, et d’un baiser lent il savoure sa bouche, si bien que l’enfant n’ose plus bouder.

 

Sur les feuilles hantées d’un Rêve qui prie l’onde de lumière ruisselle et s’épand.

Le fourré d’alise, qu’entrouvre la brise, offre aux sourds désirs ses ramures d’argent.

 

Ah ! pauvre fillette qui s’en venait là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

— M’amie ? Qu’est-ce donc, qui palpite-là, sous la gorgerette de beau satin blanc ?

— Ah ! monsieur, laissez la croix de maman, ma belle croix d’or, gage de ma foi !

 

— M’amie ? Qu’avez-vous, dessous ce corsage, qui halète et chante un si doux ramage ?

— J’ai, dit-elle, un cœur qui rit et qui pleure !

— Je veux d’un baiser vous le consoler !

— Sur mes lèvres ?

— C’est vous offenser ?... Alors, tenez, là, sur la rose tendre de ce sein de neige qui fait sa prison...

— Ah ! monsieur, dit-elle, il deviendra fol ?

— Bon, d’autres baisers lui rendront raison !

 

Ah ! pauvre fillette, qui s’en venait là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

— M’amie ? Qu’avez-vous dessous cette robe dont la soie chatoie, irritant mes doigts ?

— J’ai mon frais jupon, et ma chemisette en point d’Alençon... Mais... que voulez-vous ?

— Rien !..... Voir tout simplement ta chemisette en point d’Alençon, et ton frais jupon, m’amie !

 

— Oh ! finissez-donc ! Votre main, monsieur... Ah ! que faites-vous ? Vous me bousculez ? Oh ! cessez, cessez, car j’entends du bruit !

 

— Du bruit ? C’est le vent qui passe, m’amie !

— Non, je vous assure, car je vois, monsieur...

— Hé ! quoi donc ? L’oiseau dans les airs ? Ah ! je vois, dit-elle, la feuille à l’envers !...

 


Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Νоus n’еntrоns pоint d’un pаs plus аvаnt еn lа viе...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеllе Νоémiе, аpprосhе, еmbrаssе-mоi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе sе lеvаit un bеаu mаtin d’Été...» (Rоnsаrd)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz