Marc Stéphane

(1870-1944)

D’autrеs pоèmеs :

Évосаtiоn

Un pеu d’аubе

 

 

Marc Stéphane

Savants devis et joyeux rythmes d’un buveur de soleil, 1894


Le Larron d’amour

En le bois d’amour où chante la brise, sous un fourré d’alise aux ramures d’argent,

Sournois et tapis, et l’œil aux écoutes, au bord de la route, guette doucement le larron d’amour.

 

Les pins se balancent, dominant la plaine, d’étranges parfums,

L’agonie des fleurs ! hante le feuillage, et trouble les nids, et trouble les cœurs !...

Et la bruyère bleue a de grands frissons !

 

Ah ! pauvre fillette, qui s’en vient par là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

Le larron d’amour a vu la fillette, qui s’en vient, simplette, et de fleurs parée.

Il a, le mauvais, dessous sa moustache un malin sourire, et la bouche ardente, saluant très bas :

 

— Hé ! joli minois, de ce pas léger, jupe retroussée et mignons souliers, où donc allez-vous ?

— Je m’en vais, monsieur, suivant le chemin, sous le bois joli écouter les nids, écouter mon cœur !

 

— Mais pourquoi, m’amie, de si grands soupirs, et ces yeux noyés de vague langueur !

— C’est parce que mon cœur est dans l’inquiétude !

— Un vilain chagrin ?...

— Depuis ce matin, il est plein de choses tendres et confuses, il voudrait s’ouvrir, et l’essor lui manque, et ces grands soupirs... ce sont des baisers qui voudraient aller...

— Où ?

— Je ne sais... Ah ! je suis bien seule !...

— Bon, nous serons deux !

 

Le larron d’amour l’a prise à la taille, d’un geste si doux, qu’elle fait la moue :

— Quoi donc ?

— Hé, monsieur, dit-elle, vous vous permettez des choses... qui sont un peu bien osées...

 

Mais l’étreinte soudain devient plus farouche, et d’un baiser lent il savoure sa bouche, si bien que l’enfant n’ose plus bouder.

 

Sur les feuilles hantées d’un Rêve qui prie l’onde de lumière ruisselle et s’épand.

Le fourré d’alise, qu’entrouvre la brise, offre aux sourds désirs ses ramures d’argent.

 

Ah ! pauvre fillette qui s’en venait là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

— M’amie ? Qu’est-ce donc, qui palpite-là, sous la gorgerette de beau satin blanc ?

— Ah ! monsieur, laissez la croix de maman, ma belle croix d’or, gage de ma foi !

 

— M’amie ? Qu’avez-vous, dessous ce corsage, qui halète et chante un si doux ramage ?

— J’ai, dit-elle, un cœur qui rit et qui pleure !

— Je veux d’un baiser vous le consoler !

— Sur mes lèvres ?

— C’est vous offenser ?... Alors, tenez, là, sur la rose tendre de ce sein de neige qui fait sa prison...

— Ah ! monsieur, dit-elle, il deviendra fol ?

— Bon, d’autres baisers lui rendront raison !

 

Ah ! pauvre fillette, qui s’en venait là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

— M’amie ? Qu’avez-vous dessous cette robe dont la soie chatoie, irritant mes doigts ?

— J’ai mon frais jupon, et ma chemisette en point d’Alençon... Mais... que voulez-vous ?

— Rien !..... Voir tout simplement ta chemisette en point d’Alençon, et ton frais jupon, m’amie !

 

— Oh ! finissez-donc ! Votre main, monsieur... Ah ! que faites-vous ? Vous me bousculez ? Oh ! cessez, cessez, car j’entends du bruit !

 

— Du bruit ? C’est le vent qui passe, m’amie !

— Non, je vous assure, car je vois, monsieur...

— Hé ! quoi donc ? L’oiseau dans les airs ? Ah ! je vois, dit-elle, la feuille à l’envers !...

 


Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Gаutiеr : Lеs Αссrосhе-сœurs

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе

Gilkin : Lа Саpitаlе

Ιwаn Gilkin

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt аfriсаin еt gаstrоnоmiquе

Βоukау : Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt

Fаvrе : «Μаgnifiquеs mоndаins...»

Sаmаin : «J’аimе l’аubе аuх piеds nus...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соuté : Lе Сhаmp d’ nаviоts

Lа Сеppèdе : «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...»

Βruаnt : Соnаssе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Fоurеst : Unе viе

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Fоurеst : Ιphigéniе

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Fоurеst : Flеurs dеs mоrts

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αuјоurd’hui, hiеr, dеmаin (Siеfеrt)

De Νаthаliе sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhrist аuх Οliviеrs (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd Jоdеllе аrrivа sоufflаnt еnсоr sа pеinе...» (Αubigné)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Βоnјоur tristеssе sur Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt (Βоukау)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Νаdiа sur Εnсоrе сеt аstrе (Lаfоrguе)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz