Sully Prudhomme

Les Vaines Tendresses, 1875


Au bord de l’eau


 
S’assoir tous deux au bord d’un flot qui passe,
                  Le voir passer ;
Tous deux, s’il glisse un nuage en l’espace,
                  Le voir glisser ;
À l’horizon, s’il fume un toit de chaume,
                  Le voir fumer ;
Aux alentours, si quelque fleur embaume,
                  S’en embaumer ;
Si quelque fruit, où les abeilles goûtent,
                  Tente, y goûter ;
Si quelque oiseau, dans les bois qui l’écoutent,
                  Chante, écouter...
Entendre au pied du saule où l’eau murmure
                  L’eau murmurer ;
Ne pas sentir, tant que ce rêve dure,
                  Le temps durer ;
Mais n’apportant de passion profonde
                  Qu’à s’adorer ;
Sans nul souci des querelles du monde,
                  Les ignorer ;
Et seuls, heureux devant tout ce qui lasse,
                  Sans se lasser,
Sentir l’amour, devant tout ce qui passe,
                  Ne point passer !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 17 janvier 2014 à 11h25

Bonnes pratiques
---------------------------

S’il n’est besoin que quelque chose change,
Ne rien changer ;
Si l’on a faim, et qu’il est temps qu’on mange,
Aller manger.

Si du café tu sens l’odeur exquise,
Prends un café :
Il va, si tu as pris froid dans le bise,
Te réchauffer.

Si le métro convenablement roule,
Va t’y asseoir ;
Rentre chez toi, avec l’aimable foule,
Quand vient le soir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 juillet 2015 à 15h07

Deuxième quatrain, troisième vers :

« la bise »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 25 janvier 2020 à 13h34


Lire un bouquet de maximes sagaces
       Sans s’agacer ;
Apercevoir l’ange qui bien sûr passe,        
       Insurpassé ;
Songer, tranquille, à l’abri sous le chaume,
       Un jour chômé ;
Par la fenêtre, au ciel tendre la paume,
       Un peu paumé ;
Sentir vibrer en soi l’appel des routes,
       Tout dérouté,
En contemplant le ciel gris qui dégoutte –
       Pas dégoûté ;
Imaginer un monde de mâtures
       Prématuré ;
Le comparer aux secours que procure
       Ce gros curé
Qui, verbe haut et trogne rubiconde,
       Vient pérorer
Sur les vertus douteuses de ce monde
       Evaporé...
Allons, suffit, à quoi bon rêvasser ?
       On rêve assez
De se laisser, mou comme une limace,
       Au lit masser !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

Durаnt dе lа Βеrgеriе : Сhаnsоn : «Rоsinе, si tоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Silvеstrе : Sur un аlbum

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Dеvаnt lа grillе du сimеtièrе (Gаrnеаu)

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе