Sully Prudhomme

Stances et Poèmes, 1865


La Chanson de l’air


 
À l’Air, le dieu puissant qui soulève les ondes
            Et fouette les hivers,
 
À l’Air, le dieu léger qui rend les fleurs fécondes
            Et sonores les vers,
 
Salut ! C’est le grand dieu dont la robe flottante
            Fait le ciel animé ;
 
Et c’est le dieu furtif qui murmure à l’amante :
            « Voici le bien-aimé. »
 
C’est lui qui fait courir le long des oriflammes
            Les frissons belliqueux,
 
Et qui fait voltiger sur le cou blanc des femmes
            Le ruban des cheveux.
 
C’est par lui que les eaux vont par lourdes nuées
            Rafraîchir les moissons,
 
Qu’aux lèvres des rêveurs s’élèvent remuées
            Les senteurs des buissons.
 
Il berce également l’herbe sur les collines,
            Les flottes sur les mers ;
 
C’est le breuvage épars des feuilles aux poitrines,
            L’esprit de l’univers.
 
Il va, toujours présent dans son immense empire
            En tous lieux à la fois,
 
Renouveler la vie à tout ce qui respire,
            Hommes, bêtes et bois ;
 
Et dans le froid concert des forces éternelles
            Seul il chante joyeux,
 
Errant comme les cœurs, libre comme les ailes,
            Et beau comme les yeux !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 22 novembre 2012 à 12h16

C’est l’amitié qui fait, dans sa bonté profonde,
           Qu’on n’a pas froid l’hiver.

Et c’est elle qui rend la parole féconde
           Et flamboyants les vers.

C’est elle qui nous guide en cette vie flottante
           En ce monde animé.

C’est par elle qu’un coeur se souvient d’une amante :
            Ou d’un coeur bien-aimé.

C’est elle qui fait battre au gré des oriflammes
           Les regards belliqueux

Et qui fait voltiger sur le cou blanc des femmes
           Les algues des cheveux.

Par elle, les chagrins sont en lourdes nuées
           Livrés à la moisson.

Les phrases d’un ami nous viennent, remuées,
           Comme autant de frissons.

L’amitié nous conduit sur les noires collines
           Ou sur la vaste mer.

C’est le murmure ardent de la source divine,
           L’esprit de l’univers.

C’est la joie qui grandit dans son immense empire,
           En tous lieux à la fois,

Redonnant la confiance à tout ce qui respire,
           Et à tout ce qui voit.

Et dans le froid concert des forces éternelles,
           Porter un chant joyeux,

Sautant comme un danseur, vibrant comme des ailes,
           Et beau comme des yeux !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаn (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur «Τristе еt hidеuх fаntômе, еffrоуаblе figurе...» (***)

De Jаdis sur Τrоp tаrd (Sullу Ρrudhоmmе)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе