Sully Prudhomme

Stances et Poèmes, 1865


La Chanson de l’air


 
À l’Air, le dieu puissant qui soulève les ondes
            Et fouette les hivers,
 
À l’Air, le dieu léger qui rend les fleurs fécondes
            Et sonores les vers,
 
Salut ! C’est le grand dieu dont la robe flottante
            Fait le ciel animé ;
 
Et c’est le dieu furtif qui murmure à l’amante :
            « Voici le bien-aimé. »
 
C’est lui qui fait courir le long des oriflammes
            Les frissons belliqueux,
 
Et qui fait voltiger sur le cou blanc des femmes
            Le ruban des cheveux.
 
C’est par lui que les eaux vont par lourdes nuées
            Rafraîchir les moissons,
 
Qu’aux lèvres des rêveurs s’élèvent remuées
            Les senteurs des buissons.
 
Il berce également l’herbe sur les collines,
            Les flottes sur les mers ;
 
C’est le breuvage épars des feuilles aux poitrines,
            L’esprit de l’univers.
 
Il va, toujours présent dans son immense empire
            En tous lieux à la fois,
 
Renouveler la vie à tout ce qui respire,
            Hommes, bêtes et bois ;
 
Et dans le froid concert des forces éternelles
            Seul il chante joyeux,
 
Errant comme les cœurs, libre comme les ailes,
            Et beau comme les yeux !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 22 novembre 2012 à 12h16

C’est l’amitié qui fait, dans sa bonté profonde,
           Qu’on n’a pas froid l’hiver.

Et c’est elle qui rend la parole féconde
           Et flamboyants les vers.

C’est elle qui nous guide en cette vie flottante
           En ce monde animé.

C’est par elle qu’un coeur se souvient d’une amante :
            Ou d’un coeur bien-aimé.

C’est elle qui fait battre au gré des oriflammes
           Les regards belliqueux

Et qui fait voltiger sur le cou blanc des femmes
           Les algues des cheveux.

Par elle, les chagrins sont en lourdes nuées
           Livrés à la moisson.

Les phrases d’un ami nous viennent, remuées,
           Comme autant de frissons.

L’amitié nous conduit sur les noires collines
           Ou sur la vaste mer.

C’est le murmure ardent de la source divine,
           L’esprit de l’univers.

C’est la joie qui grandit dans son immense empire,
           En tous lieux à la fois,

Redonnant la confiance à tout ce qui respire,
           Et à tout ce qui voit.

Et dans le froid concert des forces éternelles,
           Porter un chant joyeux,

Sautant comme un danseur, vibrant comme des ailes,
           Et beau comme des yeux !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Ô саlmе nuit, qui dоuсеmеnt соmpоsеs...» (Τуаrd)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе