Hélène Swarth

in Parnasse de la Jeune Belgique, 1889


Rêves d’Enfance


 
Lorsque je reposais, pleine d’un vague espoir,
            Dans les bras de l’enfance,
Que mes yeux pour dormir se fermaient chaque soir
            Sans crainte et sans défense,
 
Que mon sommeil faisait germer des rêves d’or
            Sous mes paupières closes,
Et comme un amoureux me prodiguait encor
            Des perles et des roses,
 
Je vivais à part moi dans un monde enchanté,
            Splendide et solitaire
Qui, si je l’avais su décrire, aurait tenté
            Les heureux de la terre.
 
J’avais des bosquets verts de fleurs et d’oranger,
            Des fruits d’or à chaque arbre,
Des fontaines tombant avec un bruit léger
            Dans leurs vasques de marbre.
 
Un palais dessinant son profil blanc et pur
            Sur le ciel d’un bleu sombre
Et des parois d’albâtre et des salles d’azur
            Et des joyaux sans nombre.
 
Des robes de satin, des jupes de velours
            À riches broderies,
Des manteaux de brocart étincelants et lourds
            De mille pierreries.
 
J’avais des pages blonds, des femmes aux doux yeux,
            Tous plus beaux que les anges,
Des oiseaux modulant des chants délicieux
            Sur des rythmes étranges.
 
J’avais de grands jardins paisibles et charmants
            Où s’égarait ma course,
Et des coffres d’or fin remplis de diamants
            Où j’emplissais ma bourse.
 
Partout sur mon passage on se trouvait heureux,
            Car j’ouvrais des mains pleines
Et je faisais pleuvoir mon luxe généreux
            Sur les monts et les plaines.
 
Je montais à la chasse un fringant palefroi
            Aussi blanc que la neige
Et je faisais pâlir l’équipage d’un roi
            Auprès de mon cortège.
 
Et je m’imaginais qu’une fée à l’œil bleu,
            Comme dans un poème,
Avait baisé mon front de ses lèvres de feu,
            Le jour de mon baptême.
 
Retombée aujourd’hui, comme une feuille au vent,
            Dans cette vie amère,
Je te regrette encore et te pleure souvent,
            Enfantine chimère !
 
Viens pour me consoler et noyer mon ennui
            Dans les flots de tes songes,
Et laisse à mon chevet descendre quelque nuit
            Tes féeriques mensonges !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lеntеmеnt, dоuсеmеnt, dе pеur qu’еllе sе brisе...» (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz