Hélène Swarth

in Parnasse de la Jeune Belgique, 1889


Rêves d’Enfance


 
Lorsque je reposais, pleine d’un vague espoir,
            Dans les bras de l’enfance,
Que mes yeux pour dormir se fermaient chaque soir
            Sans crainte et sans défense,
 
Que mon sommeil faisait germer des rêves d’or
            Sous mes paupières closes,
Et comme un amoureux me prodiguait encor
            Des perles et des roses,
 
Je vivais à part moi dans un monde enchanté,
            Splendide et solitaire
Qui, si je l’avais su décrire, aurait tenté
            Les heureux de la terre.
 
J’avais des bosquets verts de fleurs et d’oranger,
            Des fruits d’or à chaque arbre,
Des fontaines tombant avec un bruit léger
            Dans leurs vasques de marbre.
 
Un palais dessinant son profil blanc et pur
            Sur le ciel d’un bleu sombre
Et des parois d’albâtre et des salles d’azur
            Et des joyaux sans nombre.
 
Des robes de satin, des jupes de velours
            À riches broderies,
Des manteaux de brocart étincelants et lourds
            De mille pierreries.
 
J’avais des pages blonds, des femmes aux doux yeux,
            Tous plus beaux que les anges,
Des oiseaux modulant des chants délicieux
            Sur des rythmes étranges.
 
J’avais de grands jardins paisibles et charmants
            Où s’égarait ma course,
Et des coffres d’or fin remplis de diamants
            Où j’emplissais ma bourse.
 
Partout sur mon passage on se trouvait heureux,
            Car j’ouvrais des mains pleines
Et je faisais pleuvoir mon luxe généreux
            Sur les monts et les plaines.
 
Je montais à la chasse un fringant palefroi
            Aussi blanc que la neige
Et je faisais pâlir l’équipage d’un roi
            Auprès de mon cortège.
 
Et je m’imaginais qu’une fée à l’œil bleu,
            Comme dans un poème,
Avait baisé mon front de ses lèvres de feu,
            Le jour de mon baptême.
 
Retombée aujourd’hui, comme une feuille au vent,
            Dans cette vie amère,
Je te regrette encore et te pleure souvent,
            Enfantine chimère !
 
Viens pour me consoler et noyer mon ennui
            Dans les flots de tes songes,
Et laisse à mon chevet descendre quelque nuit
            Tes féeriques mensonges !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

Fоurеst : Lа Νégrеssе Βlоndе

Βruаnt : Сhаnsоn dеs miсhеtоns

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhrist аuх Οliviеrs (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur Suivаnt Ρétrаrquе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Dоutеs d’аmоur (Urfé)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz