Laurent Tailhade

Vitraux


Ballade pour exalter les doyennes du persil


À Paul Roquère.


Viennent les marguiliers pervers,
Les bedeaux porteurs de cautères,
Les gros messieurs comblés d’hivers !
Je couronnerai d’ænothères,
De lilas et de myrthes verts,
Toute la Chambre des Notaires.

L.T.


Leurs mamelles où nos bisaïeux se sont plus
Ballottent, à présent, de manière fantasque.
Le henné rouge sur leurs crânes vermoulus,
Leurs crânes pareils à des ris de veau boullus,
Imprime tels magmas qu’on ne rincera plus.
Leurs museaux d’ichneumon, de pieuvre, de tarasque,
Bâillent : ainsi le trou punais de l’Achéron.
Voici les dents d’émail sur le chicot marron
Et les robes couleur d’enfants, rose ou citron :
Car ces dames, ayant braguettes soulagées,
De fastueux chichis pavoisent leur giron :
Los aux vieilles putains d’ans et d’honneur chargées !
 
En faveur des meschins pauvres et résolus,
Leur générosité vénérienne casque.
Ignorant, comme il sied, Malte-Brun et Reclus,
Le muletier avec force auvergnats poilus
Affronte de grand cœur ces palus et ces glus
Fétides, nonobstant les huiles bergamasques.
(Est-il bardeau, mulet, viédaze, aliboron,
Pour oser en tel lieu risquer un paturon ?)
Elles défaillent avec les cris de Baron
Au seul aspect des génitoires insurgées,
Et monsieur Deschanel à les servir est prompt  :
Los aux vieilles putains d’ans et d’honneur chargées !
 
Clamons : Io Paean ! En des bouquins peu lus,
Carmen Sylva, la Ratazzi qui semble un masque
Japonais et madame Adam aux bras velus,
Des petits jeunes gens quémandent les saluts,
— Ô sous vos cheveux bruns Lafayette et Caylus !
Sans parvenir jamais à la dernière frasque,
Elles bouillonnent, tel un magique chaudron,
Cependant qu’imbibé de fards et de goudron,
Loti, cagneux mais beau, darde son éperon
Pour l’ébattement des vétustes Lalagées
Et présente frère Yve à leur décaméron.
Los aux vieilles putains d’ans et d’honneur chargées !
 
 

envoi


 
L’arbre caduc, jetez les rameaux et le tronc.
Prince, beau tourmenteur, Ezzelin ou Néron,
Coiffe ton casque d’or, atteste le héron
Et que, grands-mères par tes ordres fustigées,
Elles payent enfin leur obole à Charon,
Ces antiques putains d’ans et d’honneur chargées.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz