Laurent Tailhade

Poèmes élégiaques, 1907


Hymne antique



      Hominam Divamque voluptae.
      Alma Venus !

Aphrodite, Déesse immortelle, aux beaux rires,
Qui te plais aux chansons lugubres des ramiers,
Les cœurs mortels par toi vibrent comme des lyres,
Et le printemps gonfle de sève les pommiers.
 
Salut, Génératrice auguste de la vie,
Qui courbes à ton joug les monstres furieux,
Qui fais voler la lèvre à la lèvre ravie,
Cypris ! ô volupté des hommes et des dieux !
 
C’est par toi que, le soir, à l’ombre des allées,
Imbus d’ivresse et de langueur appesantis,
Les éphèbes, sous les ramures emperlées,
Chantent l’hymne vermeil de leurs oarystis :
 
Car l’Univers flétri par la haine et les fièvres
Et qui souffre, oublieux de l’Olympe vermeil,
Depuis dix-huit cents ans, vers toi seul tend ses lèvres,
Comme vers un ruisseau consolant, ô Sommeil !
 
Pour moi, chanteur épris des extases sans trêve,
Qui m’enivre des bois, du grand ciel et des eaux,
Fais fleurir sur mon front l’irréprochable rêve,
Fais chanter en mon cœur d’invisibles oiseaux.
 
Effeuille autour de moi les plantes funéraires
Aux jardins de la Nuit éclose sous tes pas,
Les pavots endormeurs, les noires cinéraires,
D’où tombe comme un vin la douceur du trépas.
 
Afin que, dans l’azur où les heures d’ébène
Des astres fugitifs rallument le flambeau,
Mon âme, dépouillant toute douleur humaine,
Monte se rajeunir aux sources du vrai Beau.
 
Et je t’adorerai suivant le rit antique,
Jusqu’à l’heure indécise où, du ciel emperlé.
L’alouette dira son matinal cantique
Au soleil radieux du jour renouvelé.
 
C’est pour toi qu’effeuillant la pourpre renaissante,
La rose dit au vent son désir embaumé
Et que la vierge apporte, heureuse et rougissante,
Sa couronne et son cœur aux bras du bien-aimé.
 
Et c’est toi qui, rythmant les divines étoiles,
Fais tressaillir d’amour le cœur de l’Univers,
Afin que l’harmonie en qui tu te dévoiles
Apprenne aux hommes purs à composer des vers.
 
Je t’implore, Déesse immense et vénérable,
Soit que, glorifiant les soleils rajeunis.
Sous les myrthes en fleurs et les bosquets d’érable
Tu couvres de baisers les songes d’Adônis ;
 
Soit que le dur Arès t’enchaîne à sa victoire,
Ou que, domptant les flots, ô Mère des Amours,
La très-sainte Lesbos murmure ton histoire :
Mon encens à tes pieds s’exhalera toujours.
 
Garde-moi de l’ennui, de la vieillesse immonde
Et, poète vêtu d’orgueilleuse splendeur,
Ô Reine qui formas et gouvernes le Monde,
Avant tout, garde-moi de l’infâme laideur !
 
Fais que je tombe dans ma force et ma jeunesse,
Que mon dernier soupir ait un puissant écho,
Et, pour qu’un jour mon âme en plein soleil renaisse,
Que je meure d’amour comme Ovide ou Sappho.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 4 juillet 2016 à 16h57

Le roi-lyre
------------


Le roi, dedans sa cour, règne parmi les rires,
Ça ne le gêne point, lui, doux comme un  ramier,
Son crâne est surmonté d’une étonnante lyre
En bois de sycomore, ou en bois de pommier.

Cette lyre est experte à célébrer la vie,
Elle trouve le son qui convient en tout lieu,
Elle s’adresse à tous, la cour en est ravie,
Ses accords matinaux semblent venus des cieux.

Plongeant les grands seigneurs en extases sans trêve,
Elle dit la forêt, la mer aux vastes eaux,
La sirène inconnue, que l’on n’entend qu’en rêve,
Le colloque joyeux d’invisibles oiseaux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur L’Αubе à l’Εnvеrs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αquаrеllе (Ρоpеlin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz