Amable Tastu

Poésies, 1826


La Gloire


 

Il faut aimer les arts pour les plaisirs qu’ils donnent, non pour la gloire qu’ils promettent.
Madame BEAUFORT D’HAUTPOUL.


Qui ! moi, moi l’envier, la chercher ou l’attendre ?
Moi, d’un immense écho flatter ma faible voix ?
Non, je n’y prétends point, mais je crois la comprendre ;
            Et je m’applaudis de mon choix !
 
Porter dans ses travaux la flamme au ciel ravie ;
Nouveau fils de Japet douer de traits divins
Une muette argile, et d’un souffle de vie
            Animer l’œuvre de ses mains ;
 
S’abreuver sans relâche aux flots de Castalie ;
Maîtriser à son gré le magique instrument
Qui, du chantre d’Énée au chantre d’Athalie,
            A transmis son enchantement.
 
Émouvoir, éclairer, ou dominer le monde,
Et, frayant le premier de glorieux chemins,
Y laisser après soi cette trace profonde
            Que suit la foule des humains,
 
Voilà, voilà la Gloire ! Un hymne que répète
Des siècles rassemblés le chœur mystérieux,
Et non ce vain plaisir qu’à l’oreille distraite
            Apporte un son mélodieux.
 
Cherchez-la, poursuivez l’éclat qui l’environne,
Remportez sur ses pas un immortel honneur,
Vous, qui l’aimez assez pour payer sa couronne
            Au prix de tout votre bonheur.
 
Bravez, si vous l’osez, cette rumeur confuse
De triomphes bruyants et de blâmes amers,
Et d’un sublime effort arrachez à la Muse
            Des chants dignes de l’univers.
 
Mais moi, qui, bégayant sa langue cadencée,
Jamais n’en attendis, sans art et sans dessein,
Qu’un mot, pour révéler cette intime pensée
            Qui mourrait peut-être en mon sein ;
 
Moi, qui, sans m’asservir aux larmes qu’elle coûte,
Mesurai ses accords à mes pas nonchalants,
Et qui n’ai recueilli sur ma paisible route
            Que des sourires bienveillants ;
 
Contente d’amasser des palmes éphémères,
D’un plus long avenir j’ai sevré mon orgueil.
Il suffit que mes chants, des épouses, des mères,
            Bercent ou la joie ou le deuil.
 
D’un triomphe si doux laissez-moi l’espérance,
Que ces chants entre nous soient un secret lien,
Qu’au nom du sol natal vos cœurs, femmes de France,
            Battent à l’unisson du mien !
 
Si je puis, emportant le seul prix où j’aspire,
Un jour au but fatal reposer sans effroi,
D’un pas inattentif n’éveillez pas ma lyre
            Endormie alors près de moi.
 
Qu’importe si nul bruit ne survit à ma tombe,
Si dans le cercle étroit, par mes accords rempli,
Sitôt que de mes mains le luth s’échappe et tombe,
            Règnent le silence et l’oubli !
 
Le chant du rossignol ne laisse point de trace,
Nulle voix après lui ne redit ses concerts,
Et le doux bruit de l’onde expire sous la glace
            Où l’emprisonnent les hivers ;
 
Mais, dans la nuit muette, un regret qui s’éveille
Est peut-être le prix des accents de l’oiseau ;
Peut-être on se souvient d’avoir prêté l’oreille
            Au frais murmure du ruisseau.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Βruаnt : Αllеluiа !

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «L’еspоir luit соmmе un brin dе pаillе dаns l’étаblе...» (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Révоltе (Сrоs)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Εsprit dе сеllе sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе