Édouard Tavan

La Coupe d’Onyx, 1903


Soir d’été



Dans la langueur d’un soir de juillet qui se traîne
Sur l’horizon de cuivre et les monts reculés
Je m’en viens vers le bord de la haute moraine,
Et je m’étends très las sur les gazons brûlés.
 
Ni fraîcheur, ni rosée ; en l’atmosphère chaude
Des souffles étouffés s’exhalent par instants ;
L’haleine de la brise énervante qui rôde
N’apporte nul répit aux poumons haletants.
 
L’ombre insensiblement descend enveloppante ;
À peine luit encor à mes regards confus,
Aux pieds des noirs ressauts où dévale la pente,
L’eau qui fuit en grondant sous les aunes touffus.
 
Au loin j’entends passer un lambeau de fanfare,
Là-bas, sur les chemins de poussière et de bruit ;
Et tout à coup, dans le silence qui s’effare,
Un train siffle... puis roule et se perd dans la nuit.
 
Et plus rien que la voix du torrent qui m’oppresse ;
Elle s’enfle et décroît ; on dirait tour à tour
La lointaine clameur des foules en détresse,
Ou d’un sombre courroux l’écho sinistre et sourd.
 
Dans la sérénité d’un ciel que rien ne voile,
Au-dessus des rumeurs du monde qui s’endort,
Je regarde surgir étoile après étoile :
Une autre... et puis une autre... et puis une autre encor.
 
Et d’instant en instant leur multitude accrue
Fait déjà fourmiller son mystère obsédant ;
Déjà de l’horizon Vénus est disparue,
Elle a sombré là-bas, derrière l’occident.
 
Et couché sur le bord des berges solitaires,
La face vers les cieux qui semblent agrandis,
Je ne reconnais plus dans ces clartés austères
Les rayons consolants des astres de jadis.
 
Vainement à travers les sombres étendues
De cet éther sans fond, immense, inquiétant
Mon rêve cherche encor les étoiles perdues
Qui versaient leur caresse à nos espoirs d’antan.
 
La sévère splendeur de la nuit qui scintille,
Ce soir, pour mes esprits par l’infini hantés,
Revêt je ne sais quoi d’inflexible et d’hostile,
Et mes yeux dans l’azur plongent épouvantés.
 
Ce dôme constellé qui sur nos fronts s’étale
Avec ses profondeurs de silence et d’effroi,
Est-ce une œuvre d’amour ? est-ce l’œuvre fatale
D’une incompréhensible et redoutable loi ?
 
Du fond de l’inconnu jetés sur cette terre
Qui roule suspendue au vide illimité,
Nous allons tâtonnant dans le triple mystère
De l’être, de l’espace et de l’éternité.
 
De ce globe maudit où pleurent nos désastres
Quand les derniers secrets à la fin seront lus,
Sur le chiffre de feu que nous tracent les astres
Nos labeurs insensés que sauront-ils de plus ?
 
Les sages pâliront penchés sur l’insondable,
Sous mille noms divers les peuples à genoux
Invoqueront l’Auteur de ce Tout formidable ;
Leur dira-t-on jamais ce que l’on veut de nous ?
 
Ô néant de l’effort où l’espoir nous entraîne !
La terre passera, les siècles s’éteindront ;
Mais l’éternelle Isis, impassible et sereine,
Ne soulèvera pas le voile de son front.
 
Et je sens, pénétré d’une vague souffrance,
Dans la fiévreuse nuit tomber du firmament
Un effluve d’angoisse et de désespérance,
Qui sur mon cœur troublé pèse implacablement.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Сосhоnfuсius sur Sеt Οhаëdаt (Νоuvеаu)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz