Antoine Tenant de La Tour

in Le Journal des demoiselles, 1836


La Mort d’un chat


 

À Madame O.....


Rien de ce qui naît bon ne vieillit sur la terre ;
                    Le plus tendre des chats,
Georget, n’est plus ! Georget, ainsi qu’un chat vulgaire
Qui meurt, tombé, le soir, de sa froide gouttière,
                    A subi le trépas.
 
Ce n’était pas un chat à guetter et poursuivre
                    Sous les obscurs lambris
Quelque rat qui s’oublie à ronger un vieux livre ;
Superbe et nonchalant, son dédain laissait vivre
                    Les rats et les souris.
 
Car le rusé savait que la main d’Isabelle
                    Ne pouvait l’oublier,
Et des mets qui chargeaient la table maternelle
Levait, chaque matin, une dîme nouvelle
                    Pour l’hôte du foyer.
 
Tout le jour au regard de sa jeune maîtresse
                    Il attachait le sien,
Et vivant de sa vie, et la suivant sans cesse,
Sous la grâce du chat il avait la simplesse
                    Et la bonté du chien.
 
Mais l’enfant grandissait ; quand ce fut une femme,
                    Et que son œil plus doux
De ses chastes pensers laissa percer la flamme,
Georget parut comprendre, et de loin sa pauvre âme
                    Vit s’approcher l’époux.
 
Immobile en ce jour de peine solitaire,
                    On eût dit qu’il dormait,
Mais son œil soulevant cette morne paupière
Trahissait quelquefois sa rêverie amère
                    Et puis se refermait.
 
Et quand elle quitta l’ombre du Gynécée
                    Avec un long soupir,
Il suivit quelques pas la blanche fiancée,
Et voyant, au retour, la chambre délaissée,
                    Il se mit à mourir.
 
Deux ans il a traîné la flèche envenimée
                    De son profond ennui ;
Mais l’ingrate parfois qu’il avait tant aimée
Venait prendre au banquet sa place accoutumée,
                    C’était assez pour lui !
 
Et, comme la rosée, avant de fondre, brille
                    Au soleil du printemps,
Du regard qu’en passant le seuil de la famille
Laissait encor sur lui tomber la jeune fille,
                    Il a vécu deux ans.
 
Et du fidèle ami de votre premier âge
                    Qui vous quitte en chemin,
Il ne vous reste, hélas !, qu’une muette image,
Quelque doux souvenir, et sur cette humble page
                    Mes vers sans lendemain.
 
Hélas ! en cette vie où les belles journées
                    Se fanent dans leur fleur,
Puissiez-vous, poursuivant vos jeunes destinées,
Ne regretter jamais de ces fraîches années
                    La première douleur.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz