Constance de Salm


Je mourrai comme j’ai vécu

Stances dithyrambiques
adressées à un ami


Tu veux savoir, ami, si l’âge qui me presse,
En moi n’a pas éteint ce feu de ma jeunesse,
      Ce feu sacré qui remplissait mon cœur ;
            Ce feu dont m’embrasait sans cesse,
      La vérité, la justice, l’honneur.
Non, je n’ai rien perdu de cette ivresse sainte :
            Du temps elle brave l’atteinte ;
Par lui l’amour du bien ne peut être vaincu.
Jusqu’à mon dernier jour, grands pensers, noble flamme,
De généreux transports vous remplirez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Bravant l’audace, l’injustice :
            Loyale, n’ayant jamais su,
            Ni m’élever par l’artifice,
            Ni redouter un ennemi,
            Ni dans un homme voir un maître,
            Ni voir en paix briller le traître,
            Ni douter du cœur de l’ami.
 
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Consacrant mes travaux, ma vie,
            Ce feu qu’en naissant j’ai reçu,
            À combattre l’orgueil, l’envie :
            À mettre au premier rang, partout,
            Les droits et la noble pensée ;
            Pour le bien toujours empressée,
            Contre le mal toujours debout.
 
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Opposant l’amitié, l’étude,
            Au malheur, à l’espoir déçu ;
            Résignée à l’ingratitude :
            Mais sentant, même en excusant
            L’erreur, les faiblesses humaines,
            Tout mon sang bouillir dans mes veines,
            Au nom, à l’aspect du méchant.
             
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Dans le palais, dans la chaumière,
            Plaignant le faible, le vaincu,
            M’indignant contre l’arbitraire ;
            Cherchant, même au sein des honneurs
            Dont le hasard dota ma vie,
            Un éclat plus digne d’envie ;
            D’autres plaisirs, d’autres grandeurs.
 
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Simple mais juste, devant croire
            Que femmes nous avons reçu
            Ce qui des hommes fait la gloire,
            Le talent ; offrant mon encens
            Comme eux aux Filles de Mémoire,
            Et me riant dans la victoire
            De leurs jaloux emportements.
 
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Tranquille, en paix avec moi-même.
            Sans la comprendre ayant conçu
            La grandeur d’un être suprême ;
            Et me disant : De mes destins
            Par lui la route fut tracée ;
            Esprit, matière, âme, pensée,
            Je remets tout entre ses mains.
 
            Tu le vois, ami, cette flamme
            Qui m’enivrait dans mes beaux jours
            N’est pas éteinte dans mon âme ;
            Elle l’embrasera toujours.
      Oui, je le sens, par les efforts de l’âge,
            Par le temps, ce noble courage
            En moi ne sera pas vaincu ;
Je pourrai dire encore à mon heure dernière :
            Je vois la fin de ma carrière,
            Mais je meurs comme j’ai vécu !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lоndrеs

Glаtignу : Lеs Αntrеs mаlsаins

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Lаfоrguе : Guitаrе : «Vоus qui vаlsеz се sоir...»

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Τе rеgаrdаnt аssisе аuprès dе tа соusinе...»

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dе l’аmаnt

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Jаdis sur Соrrеspоndаnсеs (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Ρlаintе (Саrсо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μеrlе (Klingsоr)

De Jаdis sur Саügt (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе