Constance de Salm


Je mourrai comme j’ai vécu

Stances dithyrambiques
adressées à un ami


Tu veux savoir, ami, si l’âge qui me presse,
En moi n’a pas éteint ce feu de ma jeunesse,
      Ce feu sacré qui remplissait mon cœur ;
            Ce feu dont m’embrasait sans cesse,
      La vérité, la justice, l’honneur.
Non, je n’ai rien perdu de cette ivresse sainte :
            Du temps elle brave l’atteinte ;
Par lui l’amour du bien ne peut être vaincu.
Jusqu’à mon dernier jour, grands pensers, noble flamme,
De généreux transports vous remplirez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Bravant l’audace, l’injustice :
            Loyale, n’ayant jamais su,
            Ni m’élever par l’artifice,
            Ni redouter un ennemi,
            Ni dans un homme voir un maître,
            Ni voir en paix briller le traître,
            Ni douter du cœur de l’ami.
 
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Consacrant mes travaux, ma vie,
            Ce feu qu’en naissant j’ai reçu,
            À combattre l’orgueil, l’envie :
            À mettre au premier rang, partout,
            Les droits et la noble pensée ;
            Pour le bien toujours empressée,
            Contre le mal toujours debout.
 
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Opposant l’amitié, l’étude,
            Au malheur, à l’espoir déçu ;
            Résignée à l’ingratitude :
            Mais sentant, même en excusant
            L’erreur, les faiblesses humaines,
            Tout mon sang bouillir dans mes veines,
            Au nom, à l’aspect du méchant.
             
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Dans le palais, dans la chaumière,
            Plaignant le faible, le vaincu,
            M’indignant contre l’arbitraire ;
            Cherchant, même au sein des honneurs
            Dont le hasard dota ma vie,
            Un éclat plus digne d’envie ;
            D’autres plaisirs, d’autres grandeurs.
 
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Simple mais juste, devant croire
            Que femmes nous avons reçu
            Ce qui des hommes fait la gloire,
            Le talent ; offrant mon encens
            Comme eux aux Filles de Mémoire,
            Et me riant dans la victoire
            De leurs jaloux emportements.
 
Jusqu’à mon dernier jour, beaux transports, noble flamme,
            Oui, vous embraserez mon âme ;
            Je mourrai comme j’ai vécu !
 
            Je mourrai comme j’ai vécu,
            Tranquille, en paix avec moi-même.
            Sans la comprendre ayant conçu
            La grandeur d’un être suprême ;
            Et me disant : De mes destins
            Par lui la route fut tracée ;
            Esprit, matière, âme, pensée,
            Je remets tout entre ses mains.
 
            Tu le vois, ami, cette flamme
            Qui m’enivrait dans mes beaux jours
            N’est pas éteinte dans mon âme ;
            Elle l’embrasera toujours.
      Oui, je le sens, par les efforts de l’âge,
            Par le temps, ce noble courage
            En moi ne sera pas vaincu ;
Je pourrai dire encore à mon heure dernière :
            Je vois la fin de ma carrière,
            Mais je meurs comme j’ai vécu !
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εt quеl biеn dе lа Μоrt ?...» (Spоndе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lас еt lе Sаulе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе