André Theuriet

Les Voix du Printemps, 1860


Après la grand-messe


 
Comme un chœur argentin, le carillon éclate ;
La messe du village est finie, et l’on voit,
Au soleil, droguets bleus et jupes d’écarlate
Se mouvoir dans l’enclos du cimetière étroit.
 
La foule se disperse. Une femme, une veuve,
Avec ses quatre enfants, marche, le front baissé,
Vers un coin du vieux mur où brille une croix neuve
Sur une fosse où l’herbe a déjà repoussé.
 
La mère et les enfants ensemble s’agenouillent.
La veuve cherche en vain les prières des morts :
Dans son esprit troublé les mots latins se brouillent ;
Le désespoir l’accable et fait plier son corps.
 
Ses yeux roulent des pleurs, sa poitrine amaigrie
Se gonfle de sanglots. « Ô pauvre homme, pourquoi
As-tu si vitement quitté la métairie ?
Ah ! tu devais nous prendre au moins tous avec toi !...
 
« Les petits des oiseaux meurent avec le père,
Lorsque fond sur le nid l’épervier ravisseur ;
Nous, nous sommes restés seuls et nus sur la terre,
Sans argent, sans amis et sans bras protecteur.
 
« Les huissiers sont venus et les gens de justice ;
Dans la grange ils ont pris notre blé moissonné,
Le foin dans le fenil, dans le pré la génisse,
Tout jusqu’à l’anneau d’or que tu m’avais donné.
 
« La ronce maintenant couvre nos champs en friche,
Et par les maraudeurs l’enclos est dévasté ;
Le boulanger du bourg nous refuse une miche,
Le logis tout entier craque de pauvreté.
 
« Bienheureux sont les morts !... » Et tandis qu’elle pleure,
Midi sonne, les prés sont baignés de rayons,
Les lézards frétillans sortent de leur demeure,
Les cigales au loin chantent dans les sillons.
 
Pourquoi ce gai sourire auprès de la souffrance,
Et cette floraison en face de la mort ?
Sur les tombes l’épi verdoie et se balance :
Ô contraste qui heurte et navre tout d’abord !
 
La veuve cependant se relève plus forte,
Et la sérénité luit sur son front hâlé ;
C’est qu’au bruit des soupirs que l’écho lui reporte,
Le défunt, éveillé dans la fosse, a parlé.
 
Il a chargé les fleurs, la mousse et la rosée,
Et les joyeux grillons, et les papillons blancs,
De ranimer la triste et pauvre délaissée
Avec des mots d’amour tendres et consolants.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur «Βuvоns, аmis ; lе tеmps s’еnfuit...» (Hоudаr dе Lа Μоttе)

De Сосhоnfuсius sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur «Ô mеr immеnsе...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Jаdis sur Vеrs vаguеs (Μеrrill)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz