André Theuriet

Les Voix du Printemps, 1860


Le Bûcheron


 
Dodo, l’enfant do ! — La forêt sommeille,
Assis près d’un feu clair et réchauffant,
Un vieux bûcheron endort un enfant.
L’enfant a l’œil bleu, la lèvre vermeille ;
Le vieux est courbé, ridé, grisonnant...
— Dors, mon doux mignon ! la forêt sommeille.
 
Dors, le plus beau temps est l’âge où l’on dort ! —
Une étoile luit, un vent léger passe.
L’aïeul se souvient qu’à la même place
Il berça le père... — Ah ! d’un meilleur sort
Que Dieu ; mon enfant, te fasse la grâce !
Dors, le plus beau temps est l’âge où l’on dort.
 
Ton père était beau comme un jeune chêne,
Souple, agile et prompt comme un écureuil ;
Il avait la voix fraîche du bouvreuil
Lorsque la saison d’amour est prochaine ;
La force et l’ardeur brillaient dans son œil.
Ton père était beau comme un jeune chêne.
 
Bien qu’il n’eût ni champ, ni toit, ni denier,
Plus d’un laboureur l’eût voulu pour gendre.
Il aimait ailleurs, il s’en alla prendre...
— Dodo, l’enfant do ! — chez un charbonnier
Une pauvre enfant belle, douce et tendre,
Bien qu’il n’eût ni champ, ni toit, ni denier.
 
Comme le vin vieux, l’amour nous enivre ;
C’était au printemps, dans les chemins creux ;
Les pommiers neigeaient sur les amoureux...
Mais, avec l’hiver, la pluie et le givre,
La misère vint s’abattre sur eux...
Comme le vin vieux, l’amour nous enivre !
 
Quand tu vins au monde, ô cher orphelin,
Les murs étaient nus, la huche était vide ;
Ta mère pressait sa mamelle aride,
Tu pleurais ; que faire ? où trouver du pain ?
Les murs étaient nus, la huche était vide,
Quand tu vins au monde, ô cher orphelin !
 
Ton père partit avec sa cognée.
— Dodo ! l’enfant do ! — « Du pain ! Dans les bois,
J’en saurai trouver, dit-il, pour vous trois.
Grands chênes, sapins, futaie épargnée,
Tombez en dépit du garde et des lois !... »
Ton père partit avec sa cognée.
 
Mais un jour le deuil emplit la maison,
Le garde accourut, tremblant de colère.
— Dors, mon doux mignon ! — Et l’on prit ton père.
Aux gens de justice il criait : « Pardon !
L’enfant meurt de faim, l’enfant et la mère ! »
Ce jour-là, le deuil emplit la maison.
 
Ton père en prison est mort à la peine,
Hier on a mis ta mère au cercueil.
Nous voilà tous deux restés sur le seuil,
Moi le tronc brisé, toi le gland de chêne.
Où chercher asile ? où trouver accueil ?
Ton père en prison est mort à la peine.
 
Dodo ! L’enfant dort mollement bercé,
Au-dessus du bois la lune se lève ;
Le vieux tremble et pleure, un sanglot soulève
Et fait soupirer son sein oppressé ;
Ses pleurs vont tomber sur l’enfant qui rêve,
Sur l’enfant qui dort mollement bercé.
 
L’orphelin s’éveille ; il sourit et joue,
Et tend ses deux bras au vieux larmoyeur ;
L’aïeul se ranime : adieu la douleur !
Les pleurs répandus sèchent sur sa joue,
Un espoir nouveau réjouit son cœur.
L’orphelin s’éveille, il sourit et joue.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εt quеl biеn dе lа Μоrt ?...» (Spоndе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lас еt lе Sаulе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz