Guy de Tours



Toute chose aime et n’y a rien que vous
Qui n’aimez point en ces gisantes terres.
L’acier, le fer, les arbres et les pierres,
Les eaux les monts aiment ainsi que nous.
 
Les fiers lions, les tigres et les loups
Et les dragons aux dangereuses serres,
Les vents mutins et même les tonnerres
Trouvent qu’Amour est agréable et doux.
 
Seule ici-bas vous avez la poitrine
Veuve du feu de la belle Cyprine,
Feu qui Pluton a pu même enflammer.
 
À tout le moins, s’il ne vous plaît, ma Belle,
De nous aimer, ne soyez si cruelle
De nous défendre à ne vous point aimer.
 



Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 4 octobre 2014 à 11h20

Splendeur du monde
----------------------

Lecteurs, lectrices, savez-vous
Combien est aimable la Terre :
Son sol, qu’il soit d’herbe ou de pierre,
Est toujours accueillant pour nous.

L’aube qui vient à pas de loup,
Les nuages, les fleurs de serre,
L’onde, la vague et le tonnerre,
Le mauvais temps et le temps doux !

Un rouge coeur dans ma poitrine,
Tel aux manuscrits la lettrine,
Tel un madrigal déclamé ;

Et cette planète si belle
(Même en étant parfois cruelle) :
Comment, lecteurs, ne point l’aimer ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 4 octobre 2014 à 20h26

M’enfin Cochonfucius, parler de la splendeur du monde - Hors sujet il me semble -

Je vis de la vision d’un sursis accordé
Car mon cœur sous la pierre a un battement preste
Pour saisir l’essentiel du charme poignardé
Je glisse sans égard distillée de funeste

Au fil du temps j’enfile sans mal un œil fardé
Bordé d’un fin sourire et d’un regard modeste
Le mot est tout mon sens ; un mystère mal gardé
Le mal de ce siècle est la jouissance indigeste

J’ai couru après quoi ? le temps de l’écouter ?
Car c’est d’espoir qu’on vit ...Parfois de l’envoûter
Histoire histoire de choir ces échos ineffables ..

Du désespoir je nais je n’ai que ce bonheur
La nuit je bois je mens en écrivant des fables
Et l’envie d’une étreinte ôtera ce malheur----

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 février 2019 à 12h23

Ineffable Trinité
--------------

Hypostases de Dieu, que savons-nous de vous ?
Par votre volonté, au Ciel et sur la Terre,
Le sel reste du sel, la pierre reste pierre,
Cette stabilité, c’est un bienfait pour nous.

Par votre volonté l’agneau nourrit le loup,
Le soleil éclatant chauffe les fleurs de serre,
L’éclair est capturé par le paratonnerre,
Le mauvais temps s’achève, et survient le temps doux !

Par votre volonté, ce coeur dans ma poitrine,
(Qui est tout juste gros comme une mandarine)
Me permet de souffrir, de vivre et de rimer ;

Et je trouve, avant tout, que la planète est belle :
Bien qu’étant le décor d’aventures cruelles,
C’est autre chose aussi, c’est un lieu pour aimer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Quimpéroise-Narquoise le 22 février 2019 à 17h24

Impétueuse Curare-
Et ses sonnets boiteux
La splendeur de la Terre
Aussi celle d’aimer

Deux âmes à l’unisson
Ineffable tandem
Dans ses draps blancs d’hôtel
Ailleurs vers Bénodet

Pensant à la Fontaine
Elle égrenait ses rimes :

’’ Là-dessus, au fond des forêts
           Le loup l’emporte et puis le mange,
           Sans autre forme de procès.’’

Pourquoi ce mystère ?
Pourquoi ce malheur ?

Hors de portée du réel . .

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz