Tristan L’Hermite


Polyphème en furie


 
Je vous vois Couple infâme, enivré de plaisir,
Quand vos secrets complots m’ont enivré de rage :
Est-ce ainsi qu’on trahit mon amoureux désir,
Et que l’on ose encore irriter mon courage ?
 
Je vous vois, ménagez votre peu de loisir,
Vous ne me ferez plus que ce dernier outrage :
Ce morceau de rocher que je vais vous choisir
Vous presse de bientôt achever votre ouvrage.
 
Maintenant je vous tiens, rien ne peut détourner
Le juste châtiment que je vais vous donner,
Il faut que de ce coup je vous réduise en poudre.
 
Ainsi, dit le Cyclope à deux Amants transis ;
Sa voix fut un tonnerre, et la pierre une foudre,
Qui meurtrit Galatée, et fit mourir Acis.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er janvier 2021 à 18h26

Polyphème et la llicorne
--------------

Le cyclope a rêvé qu’il prenait son plaisir
Avec une licorne en de charmants parages ;
Lui, qui si rarement assouvit son désir,
Vit son âme s’emplir d’un amoureux courage.

Ayant, le lendemain, quelque temps de loisir,
En quête de licorne il parcourut l’ombrage ;
Mais par les deux ou trois qu’il a voulu choisir,
Son discours enflammé fut pris comme un outrage.

Tout seul vers sa caverne il dut s’en retourner ;
De la noble Aphrodite il fut abandonné,
C’était là son destin, mais comment s’y résoudre ?

En vain Bacchus tenta d’effacer ce souci ;
Qui peut soigner un arbre abattu par la foudre ?
Ce monde nous dépasse, et nos amours aussi.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er janvier 2021 à 19h01

Polyphème et la licorne == retouche
--------------

Le cyclope a rêvé qu’il prenait son plaisir
Avec une licorne en de charmants parages ;
Lui, qui si rarement assouvit son désir,
Vit son âme s’emplir d’un amoureux courage.

Ayant, le lendemain, quelque temps de loisir,
En quête de licorne il parcourut l’ombrage ;
Mais par les deux ou trois qu’il a voulu choisir,
Son discours enflammé fut pris comme un outrage.

Tout seul vers sa caverne il dut s’en retourner ;
De la noble Aphrodite il fut abandonné,
C’était là son destin, mais comment s’y résoudre ?

En vain Bacchus tenta d’effacer ce souci ;
Qui peut soigner un arbre abattu par la foudre ?
Ce monde nous dépasse, et nos amours aussi.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 20 mars 2023 à 11h16

Licorne obscure
---------------

Sobres sont les plaisirs
De la licorne sage ;
Car ses rares désirs
Ne sont que de passage.

Discrets sont ses loisirs
Qu’abritent les ombrages ;
Elle sait en choisir
Qui personne n’outragent.

Des maîtres chevronnés
Sur elle ont raisonné ;
Ils ne sont plus que poudre...

Ils n’ont plus de souci
Ni plus rien à résoudre ;
C’est vrai pour elle aussi.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 octobre 2023 à 20h51

Licorne d’octobre
--------

Que sont devenus mes plaisirs,
Pourquoi mon corps se croit-il sage ?
Comment retrouver le désir
Qui m’enflammait sur son passage ?

Je n’ai maintenant pour loisirs
Que de futiles bricolages ;
Certes, j’ai dû, pour les choisir,
Abandonner tout mon courage.

À la paresse abandonné,
Je ne sais à quoi m’adonner ;
Que le Seigneur veuille m’absoudre !

La mort dissoudra mes soucis,
Quand mon corps sera cendre et poudre ;
Car Dieu veut qu’il en soit ainsi.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Gаutiеr : Quеstiоns

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Rоllinаt : Lа Сhèvrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Dеvаulх, lа mеr rеçоit tоus lеs flеuvеs du mоndе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Μillе bаisеrs pеrdus, millе еt millе fаvеurs...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе du vоуаgеur (Drеlinсоurt)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе