Jules Vallès

(1832-1885)

 

 

Jules Vallès


Bas les cœurs !


 
Le forum est désert et les prisons sont pleines.
Adieu des rêves fiers l’inféconde grandeur !
Le sang des généreux ne brûle plus nos veines
Et le soleil est pâle à l’horizon du cœur.
 
Dans une arène étroite, un monde obscur s’agite,
Décembre nous a fait un lit vide et banal ;
Nous sommes arrivés à l’époque maudite,
Et nos mères nous ont enfantés dans le mal.
 
Pourtant, sous des baisers tout chargés d’espérance,
Dans des flancs orgueilleux nous avions palpité ;
Nos pères n’avaient point épargné la semence
Dans le moule où l’amour coule l’humanité.
 
Nos pères, assez tôt venus à la lumière
Pour recevoir encor le reflet des grands jours
Où Chaumette accusait de tiédeur Robespierre
Où Santerre, d’un geste, entraînait les tambours !
 
Ces hommes, que la vie avait campés en selle,
Entre Thermidor sombre et Juillet éclatant,
Devaient créer des fils à tête de rebelle,
Des gars faits pour lutter et mourir en chantant !
 
Et quelques-uns avaient en effet de la flamme,
Sous leur peau bouillonnait un flot chaud et vermeil
Ils fixaient, crânement, sans un frisson dans l’âme,
Le noir de la misère et l’or du grand soleil,
 
Mais Décembre a jeté là-dedans sa mitraille
Et de son sabre sale éventré le drapeau,
Et nous avons perdu l’amour de la bataille,
Les fronts se sont courbés sous le pied du bourreau.
 
Pour mon compte, je n’ai plus de cœur à l’ouvrage,
Je n’aiguiserai plus le glaive des héros.
J’entends de mon orgueil mourir la voix sauvage,
Comme un mugissement dans le cou des taureaux.
 
Par les champs où germait notre foi plébéienne,
Les soldats ont semé les entrailles des forts,
Le courage et le droit font voile vers Cayenne...
Les esclaves sont nés et les hommes sont morts.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à fеu Μ. Dеsуvеtеаuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Sоlеil соuсhаnt (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Jаdis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Ρоurquоi pоur mоn mаlhеur еus-је l’œil si légеr ?...» (Durаnd)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz