Verhaeren

Les Forces tumultueuses, 1902


Un matin


 
Dès le matin, par mes grand-routes coutumières
        Qui traversent champs et vergers,
        Je suis parti clair et léger,
Le corps enveloppé de vent et de lumière.
 
Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;
        C’est fête et joie en ma poitrine ;
        Que m’importent droits et doctrines,
Le caillou sonne et luit, sous mes talons poudreux ;
 
Je marche avec l’orgueil d’aimer l’air et la terre,
        D’être immense et d’être fou
        Et de mêler le monde et tout
À cet enivrement de vie élémentaire.
 
Ô les pas voyageurs et clairs des anciens dieux !
        Je m’enfouis dans l’herbe sombre
        Où les chênes versent leurs ombres
Et je baise les fleurs sur leurs bouches de feu.
 
Les bras fluides et doux des rivières m’accueillent ;
        Je me repose et je repars,
        Avec mon guide : le hasard,
Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.
 
Il me semble jusqu’à ce jour n’avoir vécu
        Que pour mourir et non pour vivre :
        Oh quels tombeaux creusent les livres
Et que de fronts armés y descendent vaincus !
 
Dites, est-il vrai qu’hier il existât des choses,
        Et que des yeux quotidiens
        Aient regardé, avant les miens,
Se pavoiser les fruits et s’exalter les roses.
 
Pour la première fois, je vois les vents vermeils
        Briller dans la mer des branchages,
        Mon âme humaine n’a point d’âge ;
Tout est jeune, tout est nouveau, sous le soleil.
 
J’aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse
        Et mes cheveux amples et blonds,
        Et je voudrais, par mes poumons,
Boire l’espace entier pour en gonfler ma force.
 
Oh ces marches à travers bois, plaines, fossés,
        Où l’être chante et pleure et crie
        Et se dépense avec furie
Et s’enivre de soi ainsi qu’un insensé !
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 4 juin 2013 à 10h27


L’univers, régi par l’équation coutumière
Dont il ne sait point diverger,
Jongle avec ses photons légers
Qui forment pour nos yeux l’impalpable lumière.

Les poissons dans le flot des torrents sont heureux,
Les oiseaux gonflent leur poitrine ;
L’érudit trace sa doctrine,
Assis à son bureau dans son grenier poudreux.

La forêt s’illumine à des éclats d’un feu
Qui est le sceau des anciens dieux ;
Sur le paysage, il s’imprime.

Le poète est joyeux, il écrit comme un fou
Sur la nature et puis sur tout
Ce qui lui inspire des rimes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νоdiеr : Lа Jеunе Fillе

Αubigné : «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...»

Αubigné : «Се dоuх hivеr...»

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

Οrléаns : «Соmmе ј’оis quе сhасun dеvisе...»

Lаfоrguе : Εnсоrе сеt аstrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Riсtus : Νосturnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Sаint-Сlоud (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Ô fаiblе еsprit, сhаrgé dе tаnt dе pеinеs...» (Du Βеllау)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сосhоnfuсius sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Gеоrgеs sur Αdiеuх (Αpоllinаirе)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе