Verlaine


Aspiration


 

            Des ailes ! Des ailes !
(RÜCKERT.)


Cette vallée est triste et grise : un froid brouillard
                  Pèse sur elle ;
L’horizon est ridé comme un front de vieillard ;
                  Oiseau, gazelle,
Prêtez-moi votre vol ; éclair, emporte-moi !
                  Vite, bien vite,
Vers ces plaines du ciel où le printemps est roi,
                  Et nous invite
À la fête éternelle, au concert éclatant
                  Qui toujours vibre,
Et dont l’écho lointain, de mon cœur palpitant
                  Trouble la fibre.
Là, rayonnent, sous l’œil de Dieu qui les bénit,
                  Des fleurs étranges,
Là, sont des arbres où gazouillent comme un nid
                  Des milliers d’anges ;
Là, tous les sons rêvés, là, toutes les splendeurs
                  Inabordables
Forment, par un hymen miraculeux, des chœurs
                  Inénarrables !
Là, des vaisseaux sans nombre, aux cordages de feu
                  Fendent les ondes
D’un lac de diamant où se peint le ciel bleu
                  Avec les mondes ;
Là, dans les airs charmés, volètent des odeurs
                  Enchanteresses,
Enivrant à la fois les cerveaux et les cœurs
                  De leurs caresses.
Des vierges, à la chair phosphorescente, aux yeux
                  Dont l’orbe austère
Contient l’immensité sidérale des cieux
                  Et du mystère,
Y baisent chastement, comme il sied aux péris,
                  Le saint poète,
Qui voit tourbillonner des légions d’esprits
                  Dessus sa tête.
L’âme, dans cet Éden, boit à flots l’idéal,
                  Torrent splendide,
Qui tombe des hauts lieux et roule son cristal
                  Sans une ride.
Ah ! pour me transporter dans ce septième ciel,
                  Moi, pauvre hère,
Moi, frêle fils d’Adam, cœur tout matériel,
                  Loin de la terre,
Loin de ce monde impur où le fait chaque jour
                  Détruit le rêve,
Où l’or remplace tout, la beauté, l’art, l’amour,
                  Où ne se lève
Aucune gloire un peu pure que les siffleurs
                  Ne la déflorent,
Où les artistes pour désarmer les railleurs
                  Se déshonorent,
Loin de ce bagne où, hors le débauché qui dort,
                  Tous sont infâmes,
Loin de tout ce qui vit, loin des hommes, encor
                  Plus loin des femmes,
Aigle, au rêveur hardi, pour l’enlever du sol,
                  Ouvre ton aile !
Éclair, emporte-moi ! Prêtez-moi votre vol,
                  Oiseau, gazelle !
 

10 mai 1861.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μаgnifiquеs mоndаins...» (Fаvrе)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lе mаtin, dès mоn œil оuvеrt...» (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...» (Du Βеllау)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе