Verlaine


Au pas de charge


 
 

I


 
Les petits tambours de l’an II,
Joyeux garçonnets hasardeux
Que les balles n’effrayaient guère
Ces tapins de la bonne guerre
Ne sont pas si morts qu’on le croit
Et dans la lutte qui s’accroît,
Iront frappant sur la peau d’âne.
 
M. Devinck, que l’on condamne
À se porter, las ! candidat
Avec l’impéri... al mandat
D’obéir à tous les ministres,
D’applaudir à tous les sinistres
Et d’approuver tous les chaos,
Regrette ses doux cacaos.
 
Je crains qu’Ollivier ne se blouse
En s’imaginant que la blouse
Et le paletot voteront
En faveur de son double front.
De nouveau Janus pourrait être
Désabusé, Morny, son maître,
Ne pouvant plus, du haut du ciel,
« Écarter », cette fois, Bancel.
 
Avant-hier, le dernier vestige
Du temps si fécond en prestige
Qui vit Brumaire et Waterloo,
Vint de l’autre côté de l’eau
Poser mainte et mainte Immortelle
À la grille devant laquelle
On est si fier d’être Français.
Coulez mes larmes, — sans excès !
 
Cependant les poètes rêvent
Et leurs chants ailés nous enlèvent
Dans les cieux immenses et clairs.
Ceinte de rayons et d’éclairs,
Voici venir l’œuvre du Maître
Dont l’éclat tournant nous pénètre
D’un tremblement religieux.
 
Le Poète prodigieux,
Cette fois encore, relève
Ceux que tient opprimés le glaive
Ou la loi des forts et, vengeant
L’Humanité, sur le méchant,
Fait luire, large éclair de haine,
Les trente-deux dents de Gwynplaine.
 
 
 

II


 
  Peuple, il faut voir tout en rose :
  Sadowa n’a pas eu lieu.
  Si le commerce va peu,
  Les vieux partis sont en cause.
 
  Ce sont eux encore qui,
  Hors du chemin de ceinture,
  Tombent la candidature
  De Gregoro Ganeski.
 
  Les « passions subversives »,
  Qui vont nous éclaboussant,
  Nous font un besoin pressant
  De salutaires lessives.
 
  Ce qu’on ne peut envier,
  Malgré la louange extrême
  Qu’il se décerne à lui-même,
  C’est le destin d’Ollivier.
 
  Le progrès poursuit sa marche,
  Voyez : Godillot fournit
  L’armée, et Pie fait son nid,
  Dansons, Français, devant l’arche.
 
  Entonnons des Hossanna :
  Qu’à nos fronts brillent les roses,
  Cachant les marques moroses
  Que le sabre y dessina.
 

Barra.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Βеsасе

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αu сiеl (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhаssе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе